Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Présentation

  • : Christian HOHMANN
  • Christian HOHMANN
  • : Extension interactive de mon site personnel, ce Blog rassemble une sélection d'articles dont des billets d'humeur. Bonne Lecture Christian HOHMANN http://christian.hohmann.free.fr
  • Contact

  • Christian HOHMANN
  • .

Publications

lean_management_small.jpg

livre5S_sml-copie-1.jpg

Recherche

Définition

Qu’est-ce qu’un billet d’humeur ?
 
En journalisme, le billet d’humeur est avant tout le regard très personnel, décalé et critique d'un journaliste sur un fait d'actualité. Il se place résolument du côté du commentaire, y compris dans son aspect le plus subjectif.
 
Le billet d'humeur, c'est aussi l'indignation, le coup de gueule et l’expression de la mauvaise humeur.
Le billet d’humeur, par essence, n'engage que son auteur.

Ecrire un commentaire

Pour écrire un commentaire sur un article, veuillez cliquer le lien qui se situe tout à la fin de l'article.

25 mai 2008 7 25 /05 /mai /2008 00:00

Les bambous sont des plantes fascinantes dont la croissance rapide permet une observation en accéléré. La canne témoin sur ma terrasse a grandit dans les premiers jours de 5cm toutes les 24 heures.

Une canne s'élance d'abord à la verticale en y mettant tout son potentiel de croissance. Ceci probablement pour se garantir l'accès à la lumière solaire dans ses denses forêts natales. Dans un deuxième temps, la croissance verticale ralentit et les branches régulièrement espacées apparaissent. Cette phase prépare la répartition optimale des capteurs de lumière que sont les feuilles.

Les feuilles se multiplient dans une troisième phase durant laquelle la croissance verticale devient imperceptible, au profit de l'étalement horizontal de la plante.


Mes observations, qui ne se prétendent en aucun cas « scientifiques » me font penser qu'à facteur de croissance constant, autrement dit à ressources constantes, le bambou gère ses priorités selon un modèle ABC ou Pareto comme un chef de projet le ferait en industrie :

Phase A : croissance verticale rapide pour laquelle il consacre tous les moyens, c'est la priorité

Phase B : il répartit les ressources entre la continuation de la croissance verticale (qui de ce fait ralentit) et le début d'un déploiement horizontal. C'est un consensus de gestion entre priorités

Phase C : il multiplie les feuilles (dispersion dans une multitude de détails), sur lesquelles il peut répartir ses ressources, les plus hautes priorités ayant été traitées

 

Que se passerait-il si la plante commençait à multiplier les feuilles, dès la tige sort de terre ?

Les ressources consommées à cela le seraient probablement en pur gaspillage, car dans le bosquet ou la forêt, les plants concurrents déjà installés masquent en partie la lumière. Le rendement photosynthétique par unité de surface serait au mieux médiocre au niveau du sol et jusqu'à quelques dizaines de cm, voire mètres en forêt. Une fois les ressources consommées pour la multiplication des feuilles, il n'en resterait probablement plus assez pour s'élancer vers la lumière. D'où la nécessité de favoriser avant tout la croissance verticale.

En matière de résolution de problèmes, d'amélioration continue ou en gestion de projet aussi, le mauvais arbitrage des priorités entraîne la dispersion des moyens sur des cibles ou périmètres non prioritaires.

La nature ayant eu le temps au cours de l'évolution de trouver les stratégies optimales, on peut par analogie « légitimer » l'approche ABC, choisie par les bambous, en gestion de projet.


 

 

Partager cet article

Repost 0
Published by Christian HOHMANN - dans Pareto et longue traine
commenter cet article

commentaires

pierre-Manuel 26/05/2008 12:56

voila une analogie horticole qui pourrait se révéler parfaitement opératoire face à un public chinois, dont on connaît le goût pour les fables "conceptuelles." après "comment Lu Yin déplaça la montagne" voici "comment Lu Yin inventa le management de projet."Ce n'est d'ailleurs pas une simple analogie : effectivement, les mêmes contraintes appellent des stratégies identiques.