Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Présentation

  • : Christian HOHMANN
  • Christian HOHMANN
  • : Extension interactive de mon site personnel, ce Blog rassemble une sélection d'articles dont des billets d'humeur. Bonne Lecture Christian HOHMANN http://christian.hohmann.free.fr
  • Contact

  • Christian HOHMANN
  • .

Publications

lean_management_small.jpg

livre5S_sml-copie-1.jpg

Recherche

Définition

Qu’est-ce qu’un billet d’humeur ?
 
En journalisme, le billet d’humeur est avant tout le regard très personnel, décalé et critique d'un journaliste sur un fait d'actualité. Il se place résolument du côté du commentaire, y compris dans son aspect le plus subjectif.
 
Le billet d'humeur, c'est aussi l'indignation, le coup de gueule et l’expression de la mauvaise humeur.
Le billet d’humeur, par essence, n'engage que son auteur.

Ecrire un commentaire

Pour écrire un commentaire sur un article, veuillez cliquer le lien qui se situe tout à la fin de l'article.

6 septembre 2008 6 06 /09 /septembre /2008 10:10

C’est la rentrée.

 

Rebonjour la circulation difficile et les énervements.

 

Les ralentissements urbains de cette époque ont cela d’intéressant qu’ils permettent d’admirer dans les rues le show des pin-up des plages redevenues pin-up des villes.

 

La température de la saison permet encore de montrer de la peau bronzée, acquise cette année il est vrai au prix de quelques sacrifices : outre les bouchons sur la route des vacances, prix de carburant exorbitant, location en camping et partage systématique des pizzas et des sodas entre les membres de la famille. Le pouvoir d’achat en a pris un coup.

 

A la réflexion, la température de la saison est d’importance secondaire, on voit bien des décolletés plongeants et des nombrils apparents en hivers et des bottes en mouton retourné l’été.

On voit également des pin-up de solarium toute l’année, me ferez-vous remarquer. C’est vrai.

 

Au bureau, l’interrogation « tu vas où ?» le cède au « tu étais où ? », preuve que la réponse à la première question n’intéressait personne (voir billet précédent).

 

Suivent les traditionnels récits des vacances, les tribulations du retour, les achats de dernière minute pour la rentrée scolaire et les tribulations liées à cette dernière. Ajoutons pour les nantis, le décompte des impôts sur le revenu en attendant d’acquitter les impôts fonciers et locaux.

Veuillez admirez la gradation de la dramaturgie et vous exclamer en conséquence, c’est le secret des relations professionnelles harmonieuses.

 

Avec les courriels accumulés, les dossiers laissés en suspens et les nouveaux à traiter, il ne faut pas escompter revenir à la vitesse de croisière (RTT inclus) avant le 15 septembre. A condition toutefois que les poux ne s’en mêlent (s’emmêlent ?) pas, qu’il n’y ait ni épidémies ni de grèves dans la fonction publique.

 

C’est la rentrée. Dans les trains, rebonjour les âpres tractations pour changer de siège ou pouvoir le conserver et les TGV avançant au rythme des vaches asthmatiques.

Le Lyon St Ex. – Gare de Lyon du 1er septembre, départ initialement prévu à 19:13, effectivement parti à 19:23 et arrivé à 21:50 (21:07 prévu) était un modèle du genre. Même le personnel de bord s’en est ému, c’est dire.

 

Quant aux avions, c’est la bataille pour la jouissance de l’unique accoudoir entre deux sièges qui recommence après la trêve estivale. On y retrouvera éventuellement Jo-la-renifle, ce fringuant jeune cadre ou l'homme mûr, en costume bien comme il faut, apparemment propre sur lui mais qui n’a jamais appris/oublié l’usage du mouchoir et qui remonte ses humeurs nasales avec énergie et une régularité de métronome.

Pour les soucieux de justice, la déclinaison féminine dans des tonalités légèrement plus aigues et subtiles est disponible auprès de Julie-la-morve.

 

C’est la rentrée. Pour faire ses courses au supermarché et éviter la foule, il faudra à nouveau oublier les samedis et choisir les soirs de match. Ce qu’il y a d’insidieux avec le football, c’est que ceux que cela n’intéresse pas sont obligés de s’y intéresser quand même. Ayons à cette occasion une pensée émue pour les habitants des abords du Parc des Princes, de Roland Garros et autres hauts lieux du même genre qui aimeraient simplement rentrer chez eux au moment des grandes rencontres. Un poème.

 

C’est la rentrée. Les chaînes de télés vont proposer autre chose que du réchauffé vu et revu. Des matches de foot par exemple. Ceux qui ne regardent pas la télé n’en seront pas autrement émus. Ils iront éventuellement faire leurs courses.

 

C’est la rentrée.



Partager cet article

Repost 0
Published by Christian HOHMANN - dans Billet d'humeur
commenter cet article

commentaires