Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Présentation

  • : Christian HOHMANN
  • Christian HOHMANN
  • : Extension interactive de mon site personnel, ce Blog rassemble une sélection d'articles dont des billets d'humeur. Bonne Lecture Christian HOHMANN http://christian.hohmann.free.fr
  • Contact

  • Christian HOHMANN
  • .

Publications

lean_management_small.jpg

livre5S_sml-copie-1.jpg

Recherche

Définition

Qu’est-ce qu’un billet d’humeur ?
 
En journalisme, le billet d’humeur est avant tout le regard très personnel, décalé et critique d'un journaliste sur un fait d'actualité. Il se place résolument du côté du commentaire, y compris dans son aspect le plus subjectif.
 
Le billet d'humeur, c'est aussi l'indignation, le coup de gueule et l’expression de la mauvaise humeur.
Le billet d’humeur, par essence, n'engage que son auteur.

Ecrire un commentaire

Pour écrire un commentaire sur un article, veuillez cliquer le lien qui se situe tout à la fin de l'article.

22 février 2009 7 22 /02 /février /2009 12:29

Que les citoyens grognent, se massent et défilent est plutôt banal en France, mais la récurrence de ces manifestations de ras-le-bol, relatés avec une certaine jubilation ( ?) par les médias pourrait faire penser que 220 ans après la première, une nouvelle révolution est en train de naitre en cette année 2009.


Comment participer pacifiquement à ce moment historique s'il se produisait ?


J'opte pour la proposition d'un nouveau calendrier révolutionnaire, qui ferait passer l'usage du Grégorien (imposé par le pape Grégoire XIII) au Hohmannien.


Pour ne pas devoir recourir à des tables de conversion et perturber le cycle du lait des vaches et ce genre de choses, seuls les noms des mois seraient changés. Le reste subsisterait. Par ailleurs, la révolution étant menée par le peuple, il faut plaire au peuple.


Qu'avons nous à faire des divinités antiques ou des planètes auxquelles le nom des mois se réfèrent, nous allons les remplacer par des idoles et icônes actuelles ! Ainsi, pour plaire au peuple et accessoirement s'en protéger, les premiers nouveaux mois à placer dans le nouveau calendrier sont ceux relatifs aux congés.


En conséquence, l'assemblée révolutionnaire statuera que :


Glissembre remplacera Février et Août  sera renommé Bronzambre.

Le premier rendra hommage aux sports de glisse ou d'hiver (tant qu'il fera assez froid sur la planète pour les pratiquer), le second rappellera qu'il est temps de chercher le teint ambré que procure le bronzage, ou plus généralement qu'il est temps d'aller s'entasser sur les plages.


La révolution étant issue des grèves, il est normal qu'on leur dédie un mois.

Nous choisirons l'ancien septembre, un long mois sans jours fériés durant lequel les militants bien reposés aimaient à contester la reprise du travail, après quelques dures semaines à philosopher sur la condition humaine.

Ce nouveau mois s'appellera Gréviaire et sera le seul durant lesquelles les grèves seront autorisées.

Ainsi prévenu, le monde entier saura à quel moment la France est indisponible.


Autre mois populaire, l'ancien mai avec ses jours fériés et ses ponts sera désormais désigné sous « Pontôse » et tout jour férié tombant sur un dimanche (oui, les jours de la semaine seront conservés sinon cela devient vraiment trop compliqué), sera reporté au jour ouvré suivant.


Octobre, jadis lié aux vendanges sera nommé Vinôse, pour commémorer une ancienne boisson nationale, dont le corporatisme protectionniste et l'élitisme de ses producteurs les laissa telle une princesse décrépie, seule dans son donjon, tandis que les chevaliers servants, lassés de devoir apprendre la différence entre une première côte de Fluchy-Trémouille et un Grattepousan-Luissac ou la température de dégustation d'un Clos-de-François pour lui plaire, se détournèrent vers les princesses australes à la cuisse légère, aux étiquettes simples et au bon goût, fut-il obtenu par la macération de copeaux de bois ! (Reprenez votre souffle, la phrase était un peu longue)


Restons dans les plaisirs de la chère avec Juillet rebaptisé Grillôse, allusion faite aux grillades. S'il est vrai que ce nouveau nom sonne comme une maladie grave, il n'est pas non plus exclu que les avancées de la science démontrent une dangerosité de ce mode de « cuisson » pire encore que celle suspectée jusque là, et pas seulement à cause du mode d'allumage ou de l'apéritif qui le précède.


Il nous reste Juin, renommé Mianaire, rappelant ainsi que nous en sommes à la moitié, et Morôse qui sied au triste Novembre.


Les plaisirs reviendront en Banquetaire, l'ancien Décembre durant lequel les banquets familiaux et d'entreprise se concentrent. Le premier mois de l'année sera désormais nommé Bonanaire, pour rappeler à tous qu'il faut échanger les vœux durant les 31 premiers jours de l'année. Les tribunaux révolutionnaires sanctionneront sévèrement tout oubli.


L'ancien Mars, honorant jadis le dieu de la guerre, sera désormais un hommage à toutes les technologies qui rapprochent les humains en se renommant Ticambre (TIC = Technologies de l'Information et de la Communication).

Quant à Avril, mois durant lequel il ne fallait pas se découvrir d'un fil, deviendra Sanfil, parce qu'un nom avec Bluetooth dedans serait trop difficile à prononcer sans cracher.


En résumé :


Calendrier

Grégorien

Hohmannien

Janvier

Bonanaire

Février

Glissembre

Mars

Ticambre

Avril

Sanfil

Mai

Pontôse

Juin

Mianaire

Juillet

Grillôse

Août

Bronzambre

Septembre

Gréviaire

Octobre

Vinôse

Novembre

Morôse

Décembre

Banquetaire



Partager cet article

Repost 0
Published by Christian HOHMANN - dans Billet d'humeur
commenter cet article

commentaires

Anonyme 31/03/2009 13:50

Il manque le 13° mois  ;-)