Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Présentation

  • : Christian HOHMANN
  • Christian HOHMANN
  • : Extension interactive de mon site personnel, ce Blog rassemble une sélection d'articles dont des billets d'humeur. Bonne Lecture Christian HOHMANN http://christian.hohmann.free.fr
  • Contact

  • Christian HOHMANN
  • .

Publications

lean_management_small.jpg

livre5S_sml-copie-1.jpg

Recherche

Définition

Qu’est-ce qu’un billet d’humeur ?
 
En journalisme, le billet d’humeur est avant tout le regard très personnel, décalé et critique d'un journaliste sur un fait d'actualité. Il se place résolument du côté du commentaire, y compris dans son aspect le plus subjectif.
 
Le billet d'humeur, c'est aussi l'indignation, le coup de gueule et l’expression de la mauvaise humeur.
Le billet d’humeur, par essence, n'engage que son auteur.

Ecrire un commentaire

Pour écrire un commentaire sur un article, veuillez cliquer le lien qui se situe tout à la fin de l'article.

28 mars 2009 6 28 /03 /mars /2009 18:50

Voilà un pays emblématique, le Japon, à la réussite insolente et qui a pu montrer à diverses reprises qu'il peut surmonter et sortir grandi des crises. Ce premier de la classe, cité, admiré et envié venait de sortir en dix ans de la crise qui n'affectait que lui (explosion de la bulle immobilière, problèmes de banques, compagnies d'assurance exsangues...), quand patatras, la crise globale le renvoie sur la ligne de départ, avec les autres pays.

La vertu n'a pas payé.


Plus près de nous, l'usine Continental de Clairoix.

Les employés avaient accepté un retour aux 40 heures hebdomadaires et des périodes de chômage partiel en échange de la sauvegarde de l'emploi, qui finalement ne sera pas sauvé.


Dans le billet « Aurions-nous été Lean plus tôt ! », je relatais l'histoire de cette société dont les activités de production vont être délocalisées, malgré les efforts de productivité entrepris.


Dans cette autre entreprise, les nécessaires efforts de productivité se sont toujours accompagnés de plans sociaux pour ajuster les effectifs. Comment « motiver » ou au moins intégrer les personnels restants dans la mise en place du Lean ?


On pourrait multiplier les exemples et se demander quelle morale tirer de ces histoires qui semblent bien commencer mais finissent plutôt (très) mal ?

Les efforts ne paieraient donc plus ?


Ne pas généraliser


Dans le cas du Japon, la vertu a bien payé, mais pour le malheur du pays une crise mondiale le ramène en quelque sorte au point de départ. Ce n'est pas la situation du Japon qui a changé, mais celle autour de lui !

Et si cette même crise n'avait pas tant affecté le secteur automobile (et toutes choses égales par ailleurs), on peut penser que les efforts passés des salariés de Clairoix auraient pu payer.


Au Japon certaines entreprises ont pu prospérer malgré l'adversité et le sort du site de Clairoix n'est pas promis à toutes les usines françaises. Gardons-nous donc de généralisations trop hâtives.


Analyser


Rappelons que le levier des revenus des ventes sera toujours plus important que le levier des économies sur les coûts. Autrement dit, pour faire face à des problèmes de trésorerie, accroitre les ventes est une solution plus « puissante » que de faire des économies sur les dépenses.

Pour s'en convaincre, il suffit de considérer sa propre situation budgétaire personnelle et se demander quelles économies, sur quels postes de dépenses du foyer permettraient de « compenser » une perte de salaire conséquente.


Or vendre ou trouver de nouveaux clients dans la situation de crise dans laquelle aucun client n'ose prendre de décision, tant l'incertitude est grande et la visibilité nulle, est très difficile.


N'alimentons nous pas nous-mêmes, consommateurs, ce phénomène en freinant nos dépenses ? Certes, nous agissons de manière responsable et apparemment rationnelle en anticipant des périodes plus difficiles encore. La prudence pousse à l'économie. Mais ce faisant, nous privons nos fournisseurs directs de leurs revenus habituels et ainsi de suite.


On pourrait discuter si cela conduit à une prophétie auto-réalisatrice, mais ceci est un autre sujet.


Raisonner


Tendre vers l'excellence, traquer les gaspillages ne garantit pas contre les coups du sort. Le Lean n'est pas une assurance tous risques ni un remède universel.

Ainsi, la « certitude » que tendre vers l'excellence au travers du déploiement Lean met l'entreprise à l'abri est remise en cause par la crise. 


Etre salarié depuis 20, 25 ou 30 ans de la même entreprise ne garantit pas que cela continue gentiment comme cela. S'il restait une certitude de ce genre, les employés doivent se rendre à l'évidence : chacun se garantit son emploi soi-même.


Pour les entreprises en difficulté, ce ne sont pas des mauvais choix initiaux ou des stratégies hasardeuses qui les conduisent là, mais les hypothèses dans lesquelles les stratégies ont été formulées et les choix fixés sont brusquement invalidées : croissance constante, marchés porteurs, etc.


Tenter une conclusion


Pour réagir, il faut donc identifier les nouveaux facteurs clés de succès dans les nouvelles conditions, se réorganiser en conséquence et se rendre moins vulnérable à d'éventuels changements drastiques dans le futur.


Pour ce faire, un mot (et une stratégie) devrait gagner en popularité : agilité.


L'agilité se définit comme la capacité d'une entreprise à se réorganiser rapidement pour répondre à un changement important et imprévu du contexte (paradigme), à comparer à la réactivité qui est la réponse rapide à une variation dans des conditions globalement identiques.

 

 


Partager cet article

Repost 0
Published by Christian HOHMANN - dans Billet d'humeur
commenter cet article

commentaires

clovis simard 25/10/2012 13:10


Voir Blog(fermaton.over-blog.com)No.4- THÉORÈME POLY. - La fin des certitudes ?

Renaud Fatus 10/03/2010 10:44


Bonjour, Christian. D'abord, merci pour la pédagogie extraordinaire de votre site. Sur le sujet de l'agilité, une simple question : n'y aurait-il pas une alternative dans une culture plus appuyée
de l'engagement, qui rendrait par la volonté commune les "choses" plus durables ? Accepter de se mettre en position de sur-réagir ne facilite-t-il pas l'impéritie des non-décideurs ? Vous parlez
vous même du risque de trop écouter son client, et nous connaissons tous le syndrôme du roi trop courtisé en management... Renaud


Salah Benzakour 29/03/2009 01:37

En effet l'agilité peut être une stratégie a adopter par les entreprises pour faire face à la crise. Toutefois il me semble que même avec l'agilité l'entreprise reste en situation de réactivité (certe à un niveau spérieur à de la réactivité dans un contexte stable). Il me semble que la réponse qui s'impose est une réorganisation systémique pour converger avec les nouvelles tendances de fond (Ecologie, Economie, production raisonnée...). Cette crise durera le temps que les entreprises et la société, de façon plus globale, prendront pour apprendre à vivre et intéragir différement.By the way: Bravo pour votre site. Un contenu riche et de qualité.