Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Présentation

  • : Christian HOHMANN
  • Christian HOHMANN
  • : Extension interactive de mon site personnel, ce Blog rassemble une sélection d'articles dont des billets d'humeur. Bonne Lecture Christian HOHMANN http://christian.hohmann.free.fr
  • Contact

  • Christian HOHMANN
  • .

Publications

lean_management_small.jpg

livre5S_sml-copie-1.jpg

Recherche

Définition

Qu’est-ce qu’un billet d’humeur ?
 
En journalisme, le billet d’humeur est avant tout le regard très personnel, décalé et critique d'un journaliste sur un fait d'actualité. Il se place résolument du côté du commentaire, y compris dans son aspect le plus subjectif.
 
Le billet d'humeur, c'est aussi l'indignation, le coup de gueule et l’expression de la mauvaise humeur.
Le billet d’humeur, par essence, n'engage que son auteur.

Ecrire un commentaire

Pour écrire un commentaire sur un article, veuillez cliquer le lien qui se situe tout à la fin de l'article.

5 avril 2009 7 05 /04 /avril /2009 14:42

La téléphonite aigue est une maladie handicapante touchant selon les sources entre 1/3 et 1/28è des utilisateurs de téléphones mobiles.


Elle se caractérise par une pulsion irrépressible de répondre à tout appel, quelque soit l'heure ou les circonstances.


C'est ainsi qu'au plein milieu d'une séance de travail importante, le groupe jusque là concentré doit apprendre en léger différé le rot du petit dernier, le retard du plombier ou tout autre nouvelle fondamentale et moment historique de ce genre, que le conjoint (atteint lui aussi de téléphonite) se doit de relayer en temps réel au participant téléphonodépendant.


Cela peut être chez le dentiste, où malgré mon estime pour ses talents professionnels, je n'ai guère apprécié qu'il réponde à son gamin qui l'informe de l'avancement de ses devoirs, de sa préparation du cours de musique et accessoirement quémande le droit de jouer avec sa console.


Même si je n'avais pas de fraise plantée dans les molaires ou le risque de voir mes dents collées définitivement dans du mastic à empreinte, j'ai pris cette « distraction » comme une forme de familiarité, que nos relations n'autorisent pas encore...


Elevons-nous dans les étages hiérarchiques et rassemblons quinze directeurs et managers d'un groupe industriel, dont un bon tiers traverse l'Europe pour assister à cette journée de travail. Le directeur du site, en plein exposé, se voit interrompu par la sonnerie stridente du téléphone de son subordonné, qui en bon téléphonophile décroche et converse sans gêne avec un niveau sonore totalement indiscret, impudique et impoli.

Le directeur lui envoie un regard à peine désapprobateur, dont l'effet est proportionnel à la mollesse de son signal, puis tente de se faire entendre et conserver l'attention de son auditoire, malgré la conversation parasite qui continue.


Cela se reproduira quelque fois encore au long de la journée, augmentant sensiblement mon envie de faire avaler le mobile au goujat, de le lui fracasser sur la tête et de le jeter par la fenêtre, l'ordre des opérations étant laissé à l'inspiration du moment.

Ce que je fis.

En pensée uniquement, rassurez-vous.


Mais voilà que mes derniers espoirs de revenir vers plus de respect d'autrui et de civilité anéantis en voyant qu'aux cérémonies de l'OTAN, l'un des puissants (1/28) préfère téléphoner ostensiblement devant les caméras du monde entier et (se) faire remarquer son manque de politesse envers son hôte, une dame de qui plus est.

Vous aurez reconnus Silvio Berlusconi et Angela Merkel dans leurs rôles respectifs.


Ainsi, si aux sommets des états on ne donne pas les bons exemples, comment voulez-vous qu'en bas on s'élève ?

 

 


Partager cet article

Repost 0
Published by Christian HOHMANN - dans Billet d'humeur
commenter cet article

commentaires

JB Hubert 20/04/2009 12:36

   Bonne analyse. Le coup du dentiste étant quand même assez inédit. Le souci selon moi est que la téléphonite aigue n'est en plus pas près de se résorber car la génération qui arrive naît avec un téléphone plaqué aux oreilles.  La chose amusant d'un point de vue sans gène est lié aussi aux nouvelles fonctionnalités (radio, lecteur audio, vidéo, appareil photo, etc) on voit de nouvelles utilisations jusque la inédites. J'ai croisé à plusieurs reprises des jeunes personnes marchant avec le portable émettant un son totalement médiocre mais arboré de manière fière un peu à la manière de postes de radio énormes chers aux américains des années 80. A la différence près que le son émis par ces derniers est de largement meilleure qualité. Tout comme les photos dont la qualité n'est pas terrible, employée de manière continue, on se dit que sur 150 photos y'en aura peut être 3 de bonnes.    Vivement le portable vitrocéramique que l'on puisse faire réchauffer le manger dessus.

claude schuler 09/04/2009 21:26

très bonne analyse ,tellement vraie et malheureusement concrete

jean louis bertrand 07/04/2009 09:02

Deux remarques: tout à fait d'accord avec vous sur le sans gène des utilisateurs, inutile de relater les conversations à haute voix en n'importe quel lieu. Secondo: comment faisait -on avant cette funeste invention? Ne supportions nous pas de n'être informés qu'avec un léger différé, et  encore uniquement des choses importantes???Merci pour vos billets