Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Présentation

  • : Christian HOHMANN
  • Christian HOHMANN
  • : Extension interactive de mon site personnel, ce Blog rassemble une sélection d'articles dont des billets d'humeur. Bonne Lecture Christian HOHMANN http://christian.hohmann.free.fr
  • Contact

  • Christian HOHMANN
  • .

Publications

lean_management_small.jpg

livre5S_sml-copie-1.jpg

Recherche

Définition

Qu’est-ce qu’un billet d’humeur ?
 
En journalisme, le billet d’humeur est avant tout le regard très personnel, décalé et critique d'un journaliste sur un fait d'actualité. Il se place résolument du côté du commentaire, y compris dans son aspect le plus subjectif.
 
Le billet d'humeur, c'est aussi l'indignation, le coup de gueule et l’expression de la mauvaise humeur.
Le billet d’humeur, par essence, n'engage que son auteur.

Ecrire un commentaire

Pour écrire un commentaire sur un article, veuillez cliquer le lien qui se situe tout à la fin de l'article.

15 avril 2007 7 15 /04 /avril /2007 08:56
A force de bannir le chronométrage et les études de postes des ateliers, les industriels ont perdu ces compétences ainsi que l’opportunité d’exploiter les potentiels de progrès qu’ils recèlent.
 
Cela fait des décennies que l’usage du chronomètre en atelier est décrié par les exécutants et les représentants syndicaux. Symbole à la fois du contrôle hiérarchique et de la scission entre penseurs du travail et ceux qui l’exécutent, le chronomètre stigmatise le carcan dans lequel les excès du taylorisme ont enfermé l’exécutant.
 
L’extrême morcellement et la répétitivité des gestes et des tâches rendent le travail au poste certes efficient, hyper spécialisé, mais le vident également de tout intérêt.
 
Depuis des années, cette approche réductrice se heurte aux aspirations et au niveau d’éducation croissant des personnels, qui cherchent à faire valoir d’autres talents que de répéter les tâches monotones. Ce phénomène s’est accentué avec l’arrivée de la génération Y, celle qui se caractérise par sa rupture avec la « valeur travail » et sa recherche d’une vie en-dehors du travail, ce dernier n’étant plus que le moyen d’assumer financièrement les loisirs notamment.
 
Parallèlement à cela, les industriels se sont concentrés depuis les années 80 sur l’étude des flux, recelant de gros potentiels d’amélioration de performances et de réduction des stocks. Au fil du temps, les spécialistes des études de postes des services Méthodes se sont logiquement transformés en spécialistes des flux.
Leurs travaux ont amélioré très sensiblement les performances des processus et réduit les stocks.
 
Une fois ces gains engrangés, il faut trouver d’autres potentiels d’amélioration pour progresser encore. L’observation de l’exécution du travail montre que la gestuelle, l’implantation des postes et les déplacements qui ont été transformés et souvent négligés par les travaux sur les flux méritent une révision.
Ceci non seulement pour améliorer la performance, mais aussi l’ergonomie, réduire la fatigue, les risques de troubles musculo-squelettiques (TMS).
 
Par ailleurs, la tension des flux et la réduction des encours rendent les processus plus sensibles à toute variation et à tout aléa. Pour réduire les causes de variabilités, il faut standardiser l’exécution du travail et se tenir strictement au standard.
 
Or pour réviser les gestes et standardiser le travail, il faut étudier finement les tâches et l’agencement des postes de travail. Cela requiert des compétences qui ont été perdues…
 
Les anciens Méthodistes qui avaient le savoir-faire sont partis à la retraite ou ne vont pas tarder à le faire, sans que leur expérience ait été capturée et transmise.
 
Pour remédier à cela, les spécialistes des études de postes sont à nouveau en forte demande, notamment dans l’industrie automobile.
Si le chronomètre reste un instrument mal perçu dans les ateliers, il existe des méthodes prédictives et l’aide de la vidéo qui permet de travailler de manière participative avec les exécutants pour améliorer gestes et poste.

Partager cet article

Repost 0
Published by Christian HOHMANN - dans Billet d'humeur
commenter cet article

commentaires

Olivier 28/09/2007 20:50

Et pour les suicides en entreprise, vous faites quoi ?

Bertrand Chauveau 27/09/2007 00:54

Deux points:
1/ Avant de commencer à filmer sur un poste de travail. Il faut prévenir le DRH, c'est un aspect légal qui permettra d'éviter un problème avec les représentants syndicaux.
2/ Abordant, avec un Sensei Japonais, les méthodes de chronométrage, je m'étonnais de l'absence de jugement d'allure dans ses observations. Pour lui, le fait d'expliquer à la persone filmée le but de l'analyse était suffisant pour que cette dernière travaille à un rythme normal. Pour y avoir été, je pense que cette réponse est tout-a-fait valable... au Japon. Pondérer ses chronométrages d'un jugement d'allure permet de s'affranchir de deux sources d'erreur: le roublard qui va ralentir de peur de nouveaux standards contraignant; le prétentieux qui veut montrer qu'il est plus efficace que les autres. Pour chronométrer, il faut connaitre le processus que l'on observe ou se faire accompagner d'un habitué qui saura pondérer entre le roublard et le prétentieux.
Cordialement
Bertrand Chauveau

Rémi Boudreault 18/04/2007 03:30

Effectivement beaucoup d'entreprise ignore l'utilité et la puissance de cet outil. Bien amener auprès des employés syndiqué ou non enlève la résistance envers le chronométrage.L'utilisation des temps standards pour équilibrer un poste de travail équitablement est un requis incontournable.  Dans tous les Kaizen que je réalise sur le plancher de production, un chronométrage selon les "règles de l'art" est requis pour bien comprendre la situation de départ. De plus, lorsqu'un nouveau technicien en génie industriel est embauché. Je lui fait faire des études de temps dans le secteur ou il sera affecter ceci permet de réduire la courbe d'apprentissage de celui-ci envers le procédé étant donné qu'il doit décortiquer les tâches en élément plus fin.  J'ai un bémol pour la vidéo, la vidéo déconnecte le technicien ou ingénieur du plancher de production (Lire ici Gemba!). Le nombre de cycle est important et le contact avec l'employé lors du chronométrage pour bien comprendre les aléas de son travail. Lors du visionnement d'un vidéo, l'employé sera rarement présent pour répondre au interrogation.

VIDAL Jean-Baptiste 16/04/2007 08:06

Il est vrai que la notion "temps" est considérée comme tellement évidente qu'on en viendrait à ne plus la remette en doute ! Pourtant, il faut bien par exemple paramétrer tout ces prologiciels avec des "cadences"... La corrélation entre cette cadence théorique et le terrain n'est parfois pas évidente ! Les méthodes d'observations instannées, chronométrage et MTM and Co (MTM1 MTM2 MOST...) peuvent être des alliés pour la compréhension d'un poste, la connaissance des paramètres simples type "temps"  ! Surtout pour les postes de type manuel.Par contre, on peut noter la difficulté de trouver des données fiables sur ces méthodes, très peu sur le net, plus difficile aussi dans les ouvrages... Le savoir semble caché ? Pas étonnent donc de voir disparaitre ce savoir faire si aucune formalisation ne circule !CordialementJean-Baptiste VIDAL

Carl 15/04/2007 11:22

La video est même un outil plus efficace que le chronomètre... Elle permet des morcellements plus poussés à posteriori... Alors qu'une prise de temps sur le terrain ne reste que globale et basée sur des à priori...