Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Présentation

  • : Christian HOHMANN
  • Christian HOHMANN
  • : Extension interactive de mon site personnel, ce Blog rassemble une sélection d'articles dont des billets d'humeur. Bonne Lecture Christian HOHMANN http://christian.hohmann.free.fr
  • Contact

  • Christian HOHMANN
  • .

Publications

lean_management_small.jpg

livre5S_sml-copie-1.jpg

Recherche

Définition

Qu’est-ce qu’un billet d’humeur ?
 
En journalisme, le billet d’humeur est avant tout le regard très personnel, décalé et critique d'un journaliste sur un fait d'actualité. Il se place résolument du côté du commentaire, y compris dans son aspect le plus subjectif.
 
Le billet d'humeur, c'est aussi l'indignation, le coup de gueule et l’expression de la mauvaise humeur.
Le billet d’humeur, par essence, n'engage que son auteur.

Ecrire un commentaire

Pour écrire un commentaire sur un article, veuillez cliquer le lien qui se situe tout à la fin de l'article.

15 janvier 2011 6 15 /01 /janvier /2011 17:20

En fin d’année dernière, c'est-à-dire il n’y a guère qu’une poignée de jours, je me demandais s’il fallait rédiger un billet « bêtisier », le genre étant particulièrement prisé par les chaines de télévision en cette période.

 

Puis considérant l’actualité, il me semblait difficile de faire plus à propos :

 

* Camping forcé de passagers dans les aéroports

* Nuits glaciales dans les véhicules immobilisés sur les autoroutes

* File interminable de piétons devant la gare de St Pancrace pour tenter de monter à bord de l’Eurostar

* Le Strasbourg - Port Bou, train le plus lent du monde et son conducteur traversant le quart du pays en taxi !

* L’avion trop lourd de carburant qui débarque des passagers

 

On se croirait en Absurdistan. Une obscure république, pays même pas émergent, la patrie d'un clone de Borat.

Eh bien non, c'est chez nous..!

 

Tournons la page de cette mauvaise fin d’année et oublions nous sommes nous dit, fatalistes.

Quelques feux de joie ont salué les espoirs placés dans la nouvelle année et accessoirement quelque peu désencombré le pays de son excédent de voitures.

Flambant neuves.

Subventionnées par des primes à la casse.

Devant également limiter les émissions nocives des moteurs dits « à combustion interne ». Rien n’est précisé sur la combustion intégrale mais il n’est pas exclu que les propriétaires « flambés » soient sommés de rembourser la prime et de payer une amende pour pollution.

Non, ce n’est pas exclu.

 

L’ Absurdistan est si proche.

 

3 janvier, espoirs déçus par l’inversion de deux TGV. Le bêtisier continue... !

 

Si l’on riait aux larmes au sketch de Chevalier et Lapalès sur le Train pour Pau, la réalité a désormais largement dépassé leur fantaisie.

 

L’attrait du rail consiste maintenant à monter dans un train et essayer de deviner sa destination et la durée du périple.

 

Il s’ouvre alors des perspectives commerciales inédites :

 

* Parents, vos gamins sont blasés des trains fantômes des parcs d’attraction ?

Embarquez-les dans un « vrai train » !

* Vous souhaitez éloignez (et si possible perdre) un oncle encombrant, une mère possessive, une ex-ex sur le retour ? Offrez un billet de TGV !

* Vous cherchez un stage de survie, une excuse en béton pour sécher les cours ? Pensez SNCF !

 

Absurdistan…

 

Bon, je m’en retourne vers mes entreprises clientes et des activités sérieuses, concrètes.

 

Un de mes consultants me rapporte l’observation d’un comptage de préparation de commande. La personne compte sans rien noter ni pointer les paquets déjà comptés. Un collègue déplace les paquets dans son dos et en rajoute d’autres. Fatalement, un élément perturbateur finit par perturber le compteur, qui reprend son comptage sans remarquer qu’il compte des paquets sans rapport avec la commande.

Qu’importe, il faut compter !

Le chef a dit « compte ! »

Jusqu’au moment où complètement perdu il note un chiffre quelconque sur le bordereau de livraison.

Le chef n’a pas du préciser que la quantité commandée, le comptage et l’inscription devaient correspondre.

 

Bienvenue en Absurdistan.

 

Autre entreprise, une plateforme où l’on charge en autres d’énormes et très pesantes poutrelles métalliques.

Vous avez ri à mes évocations des « babouches de sécurité » ?

Là aussi ils connaissent les chauffeurs en tongs ou les hollandais en short et sabots à fourrure.

 

Bienvenue à nos amis d’Absurdistan.

 

Troisième entreprise, l’usine dont tous les coffrets et armoires électriques sont ouverts. C’est d’autant bien vu que l’activité génère une poussière importante, potentiellement inflammable et qui tapisse l’intérieur desdits coffrets et armoires de belles couches de moquette. La plupart des capots machines est déposée, ainsi on voit mieux où mettre les mains, entre poulies et courroies par exemple.

 

Diable, mais que fait la maintenance ?

Elle vient de chuter d’une passerelle suite à la rupture d’une soudure mal faite du garde corps...

 

Bienvenue en Absurdistan.

 

Partager cet article

Repost 0
Published by Christian HOHMANN - dans Billet d'humeur
commenter cet article

commentaires

JB Hubert 17/01/2011 11:29



   Que faire...


   On entre en plein dans l'ère de l'assistanat où les choses se solutionnent d'elles même comme par magie et où réfléchir à l'amélioration prend du temps mais on en a pas.


   J'ai la chance de travailler dans une société où depuis plusieurs années tous les acteurs (de la production à la direction) sont conscients que c'est de l'action de chacun dont tout
le monde à besoin pour emmener la qualité vers le haut. La qualité de tout : des produits, de travail, des relations humaines.


   Mais par le passé j'ai aussi travaillé dans des usines où le jean foutre de certains était déconcertant. Parfois des relants de courage les habitait, une idée ou une proposition
émanait. Cette dernière tout de suite détruite par une hiérarchie qui ne supportait pas trop que ça s'agite "en bas". Mais au final cette idée était reprise semaines après comme émanant de leurs
cerveaux féconds (pour démotiver un salarié c'est une excellente méthode).


   Au final pour ma part depuis que je ne regarde plus les infos à la télé, que je n'écoute plus les infos la radio et que je ne lis que très occasionnellement les journaux, et bien ça
va mieux. Les chiens écrasés y'en a marre et du coup ne plus les entendre ça aide à retrouver l'optimisme, l'envie de bien faire et d'aller plus loin que le bout de son nez.