Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Présentation

  • : Christian HOHMANN
  • Christian HOHMANN
  • : Extension interactive de mon site personnel, ce Blog rassemble une sélection d'articles dont des billets d'humeur. Bonne Lecture Christian HOHMANN http://christian.hohmann.free.fr
  • Contact

  • Christian HOHMANN
  • .

Publications

lean_management_small.jpg

livre5S_sml-copie-1.jpg

Recherche

Définition

Qu’est-ce qu’un billet d’humeur ?
 
En journalisme, le billet d’humeur est avant tout le regard très personnel, décalé et critique d'un journaliste sur un fait d'actualité. Il se place résolument du côté du commentaire, y compris dans son aspect le plus subjectif.
 
Le billet d'humeur, c'est aussi l'indignation, le coup de gueule et l’expression de la mauvaise humeur.
Le billet d’humeur, par essence, n'engage que son auteur.

Ecrire un commentaire

Pour écrire un commentaire sur un article, veuillez cliquer le lien qui se situe tout à la fin de l'article.

17 novembre 2009 2 17 /11 /novembre /2009 00:00

Je ne me doutais pas en écrivant le billet « mariage de Pareto et Yamazumi » qu’un autre confrère blogueur avait osé un parallèle plus…hot.

(http://www.timebackmanagement.com/blog/you_dont_need_to_hit_a_home_run)

 

Il s’agit de comparer l’amélioration continue et incrémentale (Kaizen) à l’amélioration de rupture (Kaikaku). Autant la première démarche et progressive, participative et consensuelle mais aussi quelque peu lente à produire ses effets, autant la seconde excite et décoiffe car les efforts sont concentrés pour fournir des effets importants en peu de temps, en jouant sur le sentiment d’urgence.

 

Selon mon confrère, Kaizen est ennuyeux et laborieux alors que Kaikaku est excitant et sexy, puis d’oser ce parallèle : Kaizen est une épouse telle qu’elle sera dans 15 ans, Kaikaku est une pinup sur un tabouret de bar.

 

Les épouses apprécieront.



Pour avoir un comparatif plus politiquement correct entre les deux approches, vous pouvez lire l’article sur HConline

 

 

 

Partager cet article

Repost 0
Published by Christian HOHMANN - dans Billet d'humeur
commenter cet article

commentaires

JB 24/11/2009 14:09


    Après lecture de l'autre blog, j'ai un peu compris la différence entre les deux modes de fonctionnement. Après lecture des commentaires associés d'autres choses sont
ressorties.
    Pour moi actuellement j'utilise beaucoup deux de ces notions :
      - Réparer l'erreur dès qu'elle est observée, bizarrement la même erreur qu'on laisse trainer va devenir de plus en plus dure à réparer au fil que le temps
s'écoule
      - Avancer pas à pas de manière participative porte se fruits. Dans mon cas nous utilisons un autre nom, les cales. On fait une progression, on met la cale, ensuite on
avance un peu et on remet une cale, etc. Cela améliore grandement la qualité du travail et la confiance en leur travail des collborateurs.

     Pour avoir pratiqué le dévellopement sous stress et contrainte de temps et en mode plus serein et non contraint, il en ressort deux choses :
     - Le mode sous stress (que j'ai identifié comme Kaikaku) est terriblement passionnant, ca va vite, tout le temps, très enrichissant. Mais le résultat est lié au hazard, qui
est la somme de ce que l'on a pas pu prévoir.
     - Le mode plus planifié (Kaizen) est largement moins intéressant, voire ennuyeux mais le résultat est toujours la, dans les délais.
     Ceci est juste mon point de vue, travaillant dans une TPE cet avis ne vaut peut être pas pour les sociétés plus grosses.

      Cordialement.


Sofie 19/11/2009 11:15


J'avoue que le monde industriel est peuplé d'hommes
et que la comparaison aux valeurs des étalons qu'ils ne renient pas d'être doit leur parler au plus profond d'eux-mêmes.
Pourtant peu à peu le taux de divorcés grimpe allègrement,
alors, je vais aussi dire que s'ils ont encore une épouse dans 15 ans c'est qu'ils ont pris garde de dissimuler un tant soit peu les pin-ups croisées en chemin !!
:-)