Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Présentation

  • : Christian HOHMANN
  • Christian HOHMANN
  • : Extension interactive de mon site personnel, ce Blog rassemble une sélection d'articles dont des billets d'humeur. Bonne Lecture Christian HOHMANN http://christian.hohmann.free.fr
  • Contact

  • Christian HOHMANN
  • .

Publications

lean_management_small.jpg

livre5S_sml-copie-1.jpg

Recherche

Définition

Qu’est-ce qu’un billet d’humeur ?
 
En journalisme, le billet d’humeur est avant tout le regard très personnel, décalé et critique d'un journaliste sur un fait d'actualité. Il se place résolument du côté du commentaire, y compris dans son aspect le plus subjectif.
 
Le billet d'humeur, c'est aussi l'indignation, le coup de gueule et l’expression de la mauvaise humeur.
Le billet d’humeur, par essence, n'engage que son auteur.

Ecrire un commentaire

Pour écrire un commentaire sur un article, veuillez cliquer le lien qui se situe tout à la fin de l'article.

2 mai 2010 7 02 /05 /mai /2010 12:51

 

Les réseaux sociaux sont des machines virtuelles à se faire des amis.

 

Leur intérêt dans la solitude des métropoles surpeuplées et la compétition des affaires parait fondé. On peut s’y construire un réseau de connaissances, éventuellement d’entraide, même se recommander chaudement sans s’être jamais croisé et ce genre de choses.

A l’occasion, ces réseaux permettent même de se tenir au courant des modifications géographiques majeures et méconnues sur la planète (voir l’Océan de Cotonou).

 

J’imaginais le réseau social sur le net comme une continuité du réseau social traditionnel : on se rencontre, on fait connaissance, on échange des cartes de visite puis on garde le contact.

 

En fait les demandes de contacts arrivent toutes seules, des quatre coins de la planète et sans peine puisqu’il suffit de cliquer un bouton pour qu’un formulaire pré-rempli, aussi attentionné et chaleureux qu’une déclaration d’impôt, soit envoyé à la cible de son choix.

 

Ainsi m’arrivent régulièrement des demandes de mise en contact de parfaits inconnus, qui ont le clic facile mais ne s’encombrent pas de détails : pas un mot sur leur motivation, leur but, pas une formule de politesse autre que celle pré-remplie…

 

Celles qui m’impressionnent le plus sont celles qui émanent de jeunes gens qui malgré (ou grâce ?) leur jeune âge accumulent déjà 2492 contacts directs.

Je ne saurais jamais pourquoi ils avaient besoin de moi en plus, hormis pour gagner un concours du plus gros possesseur d’amis ?

 


J’imagine la transposition dans le monde réel de la machine à se faire des amis :

 

« Tiens chérie, je me ferai bien un nouvel ami, il te reste de la monnaie ? »

La machine échange la pièce contre un sachet estampillé « Barnabé, l’ami rêvé » ou « Jeannine la bonne copine ».

On verse 25cl d’eau dans le sachet et plouf Barnabé apparait (pour Jeannine comptez 33cl, parce qu’elle intègre la fonction « pleurer »).

« Salut, je suis Barnabé, l’ami rêvé. T’aimes le foot ? T’as de la bière et des cahuètes ? »

Déception.

Vite, appuyons le bouton [supprimer] dans son dos et plaf, Barnabé se répand en paillettes dorées biodégradables sur le sol.

Essayons « André l’ami qui plait » ou « Rodolphe, qui joue au golf » ou « Paul-Edouard, jamais en retard »

 

Ceux qui plaisent se rangent dans un placard grâce à la fonction « archiver » (faire ALT+ clic bouton derrière l’oreille gauche)

 


Autre propriété de ces réseaux ; on peut être tenu au courant et en temps quasi réel des évènements cruciaux qui forgent l’histoire de l’humanité :

 

* Madeleine Laval s’est abonnée au forum point de croix et chefs d’œuvre en dentelle

* Henri-Paul de Lacloche a consulté l’article « les titres de noblesse dans le cybermonde »

* Julie Duval a posté un commentaire sur la chanson Prout tralalère

* Jérôme Dudule s’est mouché il y a 1,45 minutes

 

Tous ceux qui ont manqué ces faits d’actualité resteront en marge de la marche de l’humanité vers son évolution mais auront probablement terminé leur travail dans les délais ou conclu des affaires réelles avec des organisations et individus restés bêtement matérialistes.

 

Rien n’est plus secret entre membres d’un réseau, pas même que votre collaborateur direct vient de rentrer en contact avec votre homologue chez le concurrent le lendemain de son entretien d’évaluation.

 

Une aide précieuse pour le management.

 

Partager cet article

Repost 0
Published by Christian HOHMANN - dans Billet d'humeur
commenter cet article

commentaires

philippe 02/05/2010 20:52



il est très vrai que l'on doit se méfier que ce qui est publié sur les réseaux. à l'heure de 123people et autres pipl, rester discret devient difficile à moins de surveiller comme le lait sur les
feux les paramètres de confidentialité de son réseau "favori"...


multiplier les contacts comme les petits pains à une autre époque (révolue, bof, fallait rentrer en contact direct et discuter) laisse des doutes quant à l'utilité de ces réseaux. chercher du
travail? peu discret, chercher des amis? bon...y a facebook pour croire que notre prochain week end sera à bali chez des potes.


mais ne serais-ce pas uen dérive de ces réseaux? quelques réseaux cachés et peu discrets restent encore utiles et permettent d'échanger de façon pro...


 


même si rien ne remplacera jamais le contact de visu. ...