Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Présentation

  • : Christian HOHMANN
  • Christian HOHMANN
  • : Extension interactive de mon site personnel, ce Blog rassemble une sélection d'articles dont des billets d'humeur. Bonne Lecture Christian HOHMANN http://christian.hohmann.free.fr
  • Contact

  • Christian HOHMANN
  • .

Publications

lean_management_small.jpg

livre5S_sml-copie-1.jpg

Recherche

Définition

Qu’est-ce qu’un billet d’humeur ?
 
En journalisme, le billet d’humeur est avant tout le regard très personnel, décalé et critique d'un journaliste sur un fait d'actualité. Il se place résolument du côté du commentaire, y compris dans son aspect le plus subjectif.
 
Le billet d'humeur, c'est aussi l'indignation, le coup de gueule et l’expression de la mauvaise humeur.
Le billet d’humeur, par essence, n'engage que son auteur.

Ecrire un commentaire

Pour écrire un commentaire sur un article, veuillez cliquer le lien qui se situe tout à la fin de l'article.

25 juillet 2010 7 25 /07 /juillet /2010 16:57

 

Je suis régulièrement frappé par le même phénomène affectant la communication au sein des entreprises : la méconnaissance du problème des deux pyramides et la confusion du fond et de la forme.

 

Le principe des deux pyramides que les lecteurs de mes ouvrages connaissent probablement déjà est rappelé à cette adresse : http://chohmann.free.fr/management/pyramides.htm

 

Je l’ai exposé la première fois dans le « guide pratique des 5S » et répété dans « techniques de productivité ». Il figurera très probablement dans le quatrième ouvrage en cours de rédaction.

 

Ce principe stipule, entre autre, que le sommet de la pyramide hiérarchique manipule de l’abstraction, des grandes masses, des généralités alors que la base de la pyramide est dans le concret, le détail.

 

C’est ainsi que j’ai assisté en observateur à une restitution faite à la direction générale par de jeunes ingénieurs méthodes.

 

N’étant pas encore très au fait de l’actualité dans l’entreprise, des projets en cours et plus généralement étant encore en phase d’immersion, cette présentation m’a perdu rapidement.

 

Il s’agissait d’expliquer les résultats d’un chantier Kaizen ciblé sur une zone de production.

Le présentateur, peu à l’aise et probablement poussé dans la fosse aux lions par ses courageux collègues, n’avait pas l’habitude de présenter ou peu de talent inné pour la synthèse et plus probablement encore un mélange des deux.

 

Non seulement la présentation était confuse, le présentateur bredouillant, mais le support n’était fait que de plans CAO de réimplantation de la future zone, ce qui nécessitait de la part du public un effort de compréhension intense. Les commentaires étaient émaillés de jargon technique, des abréviations obscures, suivis de longues explications sur des points de micro-détails.

 

Cela faisait monter l’exaspération du Directeur Général peu enclin à consentir un tel effort de concentration et autant de temps et qui désintéressait rapidement les autres directeurs.

Sauf le directeur technique.

 

La session fut rapidement ajournée par un DG mécontent qui somma le groupe de revoir rapidement sa copie.

 

Mon analyse était simple. Le groupe devait se livrer à un exercice marketing destiné à vendre leur projet.

Il aurait fallu présenter le projet de manière pédagogique, en entonnoir, du général vers un certain niveau de détail.

 

C’est le principe des deux pyramides ; il faut adapter la forme de la communication aux interlocuteurs.

En l’occurrence, les occupants du haut de la pyramide étaient peu intéressés par des couples de serrage ou des capacités de levage, qui sont des détails techniques qu’ils délèguent aux opérationnels.

 

Ce qu’ils voulaient comprendre c’est de quelle situation le groupe est parti, à quoi il est parvenu, combien coûte la conversion et qu’est-ce qu’elle rapporte.

 

Les orateurs ont confondu forme et fond, ou plutôt n’ont pas su distinguer que la proportion entre forme et fond et inversée entre le haut et le bas de la pyramide hiérarchique.

 

Après avoir expliqué ces quelques basiques et aidé à la mise en forme de la nouvelle présentation, le groupe à vendu le même projet en se limitant à des schémas directeurs, présentant la solution sous l’angle de concepts généraux (flux d’approvisionnements, de production, point d’intervention maintenance, etc.).


Sans rien changer sur le fond, la nouvelle forme leur a valu les félicitations du « jury ».

 

 

Partager cet article

Repost 0
Published by Christian HOHMANN - dans Billet d'humeur
commenter cet article

commentaires

Jerome Courgeon 15/09/2010 14:35



'La forme, c'est du fond qui remonte à la surface'



Jeff 26/07/2010 11:26



Précisions utiles et qu'il faudrait tout le temps avoir à l'esprit (à qui s'adresse t'on !) ! Ca fait le secret de bonnes présentations et donc ensuite de promotions... Dans mon domaine
(automobile en central), de bonnes présentations font parfois plus qu'un bon boulot. C'est navrant mais c'est comme ça.


Bonnes vacances à tous