Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Présentation

  • : Christian HOHMANN
  • Christian HOHMANN
  • : Extension interactive de mon site personnel, ce Blog rassemble une sélection d'articles dont des billets d'humeur. Bonne Lecture Christian HOHMANN http://christian.hohmann.free.fr
  • Contact

  • Christian HOHMANN
  • .

Publications

lean_management_small.jpg

livre5S_sml-copie-1.jpg

Recherche

Définition

Qu’est-ce qu’un billet d’humeur ?
 
En journalisme, le billet d’humeur est avant tout le regard très personnel, décalé et critique d'un journaliste sur un fait d'actualité. Il se place résolument du côté du commentaire, y compris dans son aspect le plus subjectif.
 
Le billet d'humeur, c'est aussi l'indignation, le coup de gueule et l’expression de la mauvaise humeur.
Le billet d’humeur, par essence, n'engage que son auteur.

Ecrire un commentaire

Pour écrire un commentaire sur un article, veuillez cliquer le lien qui se situe tout à la fin de l'article.

26 octobre 2010 2 26 /10 /octobre /2010 00:00

livre5S sml-copie-1Dans mon « guide pratique des 5S » figure le chapitre « Les stagiaires et le projet 5S », dans lequel j’expose les risques de confier à un stagiaire la responsabilité et/ou l’animation d’un chantier 5S.


Ces risques sont essentiellement de trois types :

 

  • *Le manque d’expérience, à la fois sur les 5S (le fond) et sur l’animation de groupes (la forme), notamment des groupes constitués de personnels plus âgés ayant accumulé une ancienneté et une expérience professionnelle significative,
  • *Décrédibiliser le projet en le confiant à un stagiaire, nécessairement néophyte, le projet risquant d’être compris comme étant « le projet du stagiaire »,
  • *La survie d’un 5S sur la bonne voie au départ du stagiaire.

 

Le manque d’expérience peut nuire au stagiaire « jeté dans la fosse aux lions » tout comme à un projet qui est nécessairement important, sinon on ne libérerait pas autant de ressources et de temps pour le mener… Les participants risquent forts de ne pas suivre les conseils, voire les directives d’un novice, qui entend leur « faire la leçon » alors qu’ils ont chacun plus d’ancienneté qu’il n’a fêté d’anniversaires.

 

Le second risque est souvent sous-estimé. Confier le projet à un stagiaire, c’est risquer d’envoyer un message subliminal « ceci n’est pas important, c’est pour cela que nous le confions à un stagiaire ».

Dès lors, comment les participants au chantier devraient-ils s’investir, se remettre en question alors que d’apparence la hiérarchie fait peu de cas de tout cela ?

 

Enfin, dans le cas où le stagiaire passe avec succès entre les obstacles, le projet survivra-t-il le départ du stagiaire ? Y a-t-il quelqu’un qui prend le relai, qui s’est approprié la méthodologie et qui est capable d’animer à son tour un groupe de collègues ? La disparition de cette ressource bon marché signifie affecter du personnel à ces tâches. Du coup, les objectifs de « production » de ces personnels collisionnent avec ceux du projet. Les premiers sont généralement chiffrables en unités monétaires, alors que les seconds s’expriment plus volontiers au travers d’indicateurs qualitatifs. En faveur desquels tranchera prioritairement la hiérarchie ?

 

Ainsi, plus loin dans le chapitre du livre je précise «  Le projet doit absolument être porté par un chef de projet qui incarne la volonté de la direction de le mener à bien. Ce rôle représentatif ne peut se déléguer ni à un stagiaire ni même à un consultant ».

et « Les stagiaires sont néanmoins des auxiliaires précieux lorsqu’utilisées en tant que ressources additionnelles, apportant de surcroit un regard neuf. C’est donc l’emploi que l’on fait de ces ressources, plus que leur qualité intrinsèque, qui constitue un facteur de risque ».

 

Autrement dit, les stagiaires ne portent aucune responsabilité si on leur confie ce type de sujet pour leur stage. Ce ne sont pas les stagiaires que je mets en cause mais la légèreté des responsables des entreprises qui leur confient des thèmes et missions, s’ils sont sincères dans leur volonté d’aboutir à des résultats probants et durables.

 

Je soumets la question au débat, pouvez-vous enrichir cette réflexion, la contester, témoigner…?

 

Cordialement.

 


S'inscrire à la newsletter et être informé des nouvelles parutions

 


Partager cet article

Repost 0
Published by Christian HOHMANN - dans 5S et Management Visuel
commenter cet article

commentaires

Maelle 26/01/2015 15:55

Bonjour,

Dans le cadre de mon bts assistant de gestion, je suis actuellement en stage dans un bureau d'étude. La thématique de mon projet de stage est de trouver des évolutions possibles dans les méthodes d'organisation de mon terrain de stage, notamment avec l'apparition du lean management, de la méthode Obeya ... Or n'ayant jamais abordé ces sujets en cours et étant dans une entreprise de service je me sens quelques peu perdues avec un projet qui me semble trop lourd à porter. J'aimerai donc savoir si l'un d'entre vous aurait un peu de temps à m'accorder afin de me donner quelques informations, ou pistes de réflexion pour m'aider à y voir plus clair.

Je vous en remercie par avance.

Cordialement

David 04/09/2013 19:20

Bonjour,

Je viens apporter mon commentaire à cette discussion très intéressante. Je suis en 5ème année d'école d'ingénieur française, spécialisée dans le domaine de la transformation des matières plastiques. J'ai réalisé mon stage dans une petite PME montréalaise d'une 30-aine d'employés.
Le sujet de mon stage portait sur l'établissement d'un plan de gestion et de l'amélioration du contrôle qualité. En fait l'entreprise connaissait d’importants problèmes d'organisation et de démotivation au sein de son atelier de production. A mon arrivée, une tentative de changement des mentalités était en cours depuis près d'un an avec l'arrivée d'un ancien corporatif à la tête du département des ventes. Son travail avait ramené beaucoup de clients dont les exigences se trouvaient accrues et malheureusement la production ne suivait pas, notamment au niveau du contrôle de la qualité.
Les directives que j'ai eu pour ce stage était "d'amener mon regard neuf sur les pratiques de l'entreprise, trouver le moyen d'augmenter la productivité, et de faire adhérer l'ensemble du personnel aux changements." Il est important de noter que plusieurs personnes parmi les contremaîtres travaillaient depuis plus de 20 ans dans cette boîte et n'avait connu aucun autre établissement. A noter aussi que l’entreprise avait sollicité les services d’une compagnie spécialisé dans le 5S justement, 6 ans avant mon stage et qu’il ne restait rien à mon arrivée des mises en place entreprise à ce moment là.
Comme a pu le décrire Axel, ce stage a été un véritable enfer pour moi. En effet a mon arrivé, la direction n'avait rien préparé et n'envisageai pas vraiment la mise en place d'un plan 5S (selon la direction c’était de bien grands mots pour pas grand-chose) et ne m’avait alloué ni d’équipe, ni de temps planning pour mes mises en place. Un résultat concret et rapide était attendu de ma part (j’avais 3 mois pour trouver la ou les solutions et les mettre en place). N'ayant jamais eu d'expérience en entreprise et qui plus est en gestion de production/management j'ai eu beaucoup de mal à maitriser le sujet du stage : peu d'adhérence et un avancement très lent. En clair je n'avais aucune espèce d’emprise sur les employés. J'ai donc joué à la femme de ménage et j'ai moi-même nettoyé, rangé et standardisé les 10 lignes de production. Pour être totalement vrai j'ai aussi commis beaucoup de boulette : manque de suivi, pas de vraie méthodologie employée, manque de communication. A cela s’est ajoutée par la suite une grosse perte de confiance en moi puisque je n’arrivai pas à mes fins et n’obtenais que peu de reconnaissance. J'ai eu de grand instants de désespoir devant l'immensité du chantier, des poids des responsabilités (les modifications venait de moi et quand ça n’allait pas c’était donc de ma faute) et ce n’est vraiment qu’à la toute fin de mon stage que j'ai compris l'ampleur des conséquences du laxisme initial de la direction. Le plus drôle c’est qu’à la fin des 3 mois mes tuteurs se disaient satisfaits du travail purement formel effectué. Le fond du problème n’était pas pour autant résolu et je doute que les changements que j’ai apporté ne perdurent longtemps.
Ainsi pour ma part, même si les résultats obtenus durant mon stage peuvent être imputés à un certain « manque de caractère » je rejoins M. Hohman sur ses considérations ainsi que celles d’Alexis. Un autre stagiaire aurait peut-être mieux fait que moi, mais la préparation préalable à l’introduction du plan 5S et la considération par avance de la place du stagiaire au sein de ce plan me paraissent des pré requis inconditionnels pour un stage agréable pour le stagiaire et profitable durablement à l’entreprise.
Amicalement

Claudia 20/01/2015 19:29

J'ai vécue la même expérience

Axel 01/08/2013 15:58

Bonjour,

Je suis actuellement en apprentissage dans une entreprise qui souhaite changer de fonctionnement sur plusieurs points, dont trois m'ont été confiés... Donc le projet 5S ! Je vous le dis d’emblée : ce genre de cas est un enfer qui, bien géré, peut devenir quelques choses de profitable à tous.

Comme dit dans le texte, la plupart des personnes avec qui je travaille ont largement plus d'années d'ancienneté que mon age, voir pour certains le doubles -j'ai 22 ans. Ce n'est pas facile de leur faire comprendre que le 5S est important pour l'avenir de l'entreprise et qu'il faut si conformer avec rigueur. Surtout que certaines personnes affirment qu'elles sont coopératives ou qu'elles comprennent, alors que pas du tout -_-.

La clé pour arranger les choses est d'avoir du caractère et d'être malin. Le management et surtout les notions d'expression "réfléchis" -savoir dire les choses avec les bons mots- sont très utiles. Il faut aussi pouvoir tenir une personne de l'entreprise au courant, personne qui sera charger de faire la continuité de ce que le stagiaire ou apprenti fait. C'est malheureusement rare d'après ce que je viens de lire mais ça se trouve.

Après, si les personnes ne comprennent pas l'importance de ce type de projet, tant pis pour l'entreprise je dirais. La direction de cette dernière n'a pas su faire comprendre à ses employés ou collaborateurs qu'il est vital de participer à 100% et d'aider le stagiaire -surtout pour la transmission de savoir.

Bref, sujet difficile mais pas insurmontable avec un peu de caractère :)

Merci à l'auteur pour ses textes et conseils !

Anthony 03/05/2013 14:59

Bonjour,

Actuellement en licence conception de produit et bureau d'étude, je réalise en ce moment même mon stage de 3 mois en entreprise.

Mon étude pour ce stage, devait simplement s’arrêter sur l'étude de poste de production. Étant un peu plus gourmand et ayant bien cerné les besoins de l'entreprise, ma mission devient donc de m'occuper de toute la réorganisation des ateliers de production: Cela comprend les études de postes et d'ergonomie, une étude d'implantation et de gestion des flux.
Le but final étant bien sur de supprimer les pertes de temps, les actions ne rapportant pas de bénéfices et d'augmenter la production.

N'ayant pas eu de formation kaizen ou lean management, c'est en recherchant par moi même que j'ai pu trouver les outils nécessaires pour réaliser ce projet.

Pour ma part, je pense qu'aujourd'hui beaucoup de gens ont une image du stagiaire comme une personne "peu compétente" à qui l'on confit souvent des tâches pas ou peu importante. Cela est bien dommage.
Il est sur qu'une partie des stagiaires (généralement dans de basses études) ne sont pas très productifs ou peu motivés. Mais ceci reste un autre débat.

Concernant les missions 5S qui peuvent être confiées, je pense que cela est une bonne chose.
Pour nous stagiaire cela représente une bonne expérience, car cette mission stimule beaucoup.
L'on retrouve une bonne partie étude et recherche de solutions, de plus le contact avec le personnel nous apporte d'autres idées et avis qui nous oblige à penser différemment afin de trier les points positifs et négatifs.

Cette mission est très formatrice mais requière une ouverture d'esprit importante.
Pour ma part l'entreprise me propose de continuer après mon stage, afin de poursuivre la conduite de l'équipe opérationnel dans leur locaux mais aussi dans leur second site de production.

Je pense que pour mettre en place avec succès la méthode kaizen ou de lean management il est préférable en effet d'avoir une personne avec un minimum d'expérience. Pour ma part j'ai demandé pour la suite de participer aux formations disponibles pour ces méthodes.

Mon avis est telle qu'un stagiaire avec un minimum de bon sens et une bonne ouverture d'esprit peu s'attaquer à la mise en place d'un chantier 5S. Sans avoir besoin d'une forte expérience derrière soi.

Christian 03/05/2013 15:03

Merci pour ce témoignage !

Mathilde R 11/06/2012 17:35


Bonjour,


Je suis justement une stagiaire avec ce projet.


Je vais vous expliquer mon cas et mon problème.


Je suis en école d'ingénieur spécialité système industrielle et logistique (avec tous plein de cours sur le kaizen , le lean, le 5S, l'ANDON les Kanban ect....)


Et je suis actuellement en stage de 5 mois dans une entreprise, où je travail avec le bureau de Progres Permanent.... J'arrive à la suite de moulte stagiaire qui ont déjà "commencé " tous ça.
Mais pour l'instant je n'ai pas osé parler de 5S à l'équipe de l'atelier, car je sais d'avance que ça ne leur plait pas ( on me la dit à mon arrivé). Du coup, que faire? Mon chef, responsable du
projet pousse en mon sens, mais n'a pas le temps de rester avec moi pour motiver les troupes.... je me trouve donc bien embêté....pour l'instant ma tactique, c'est que je les aide dans leur
boulots en espérant qu'ils m'aidront en retour....