Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Présentation

  • : Christian HOHMANN
  • Christian HOHMANN
  • : Extension interactive de mon site personnel, ce Blog rassemble une sélection d'articles dont des billets d'humeur. Bonne Lecture Christian HOHMANN http://christian.hohmann.free.fr
  • Contact

  • Christian HOHMANN
  • .

Publications

lean_management_small.jpg

livre5S_sml-copie-1.jpg

Recherche

Définition

Qu’est-ce qu’un billet d’humeur ?
 
En journalisme, le billet d’humeur est avant tout le regard très personnel, décalé et critique d'un journaliste sur un fait d'actualité. Il se place résolument du côté du commentaire, y compris dans son aspect le plus subjectif.
 
Le billet d'humeur, c'est aussi l'indignation, le coup de gueule et l’expression de la mauvaise humeur.
Le billet d’humeur, par essence, n'engage que son auteur.

Ecrire un commentaire

Pour écrire un commentaire sur un article, veuillez cliquer le lien qui se situe tout à la fin de l'article.

6 février 2010 6 06 /02 /février /2010 17:06

J’avais déjà expérimenté la longue traine dans le domaine de l’achat de livres, sans même savoir que c’était la longue la longue traine, ni que ce phénomène se nomme ainsi.


Comme monsieur Jourdain fasciné par la prose, je la retrouve de plus en plus souvent.

 

Deux exemples :

 

1)

 

Je cherche un jeu de bonnettes, qui sont des « lentilles grossissantes » à visser sur l’objectif d’un appareil photo, afin de faire de la macrophotographie à faible coût. J’ai cherché dans les magasins généralistes, chez les spécialistes, même au dernier salon de la photo de Paris, pas moyen de trouver des bonnettes.

 

Pire, au sein de cet éphémère temple de la photographie où se pavanent de soi-disant experts, personne ne sait ce que c’est !

 

A force d’efforts inutiles et le temps que l’idée m’arrive enfin au cerveau, je tape « bonnettes macro» dans Google pour trouver non seulement des personnes qui connaissent et utilisent, mais aussi des revendeurs, dont… Amazon.

 

Bon, Amazon France est solidaire des experts du salon de la photo et n’en présente que le nombre strictement minimal pour figurer dans les recherches sur Google. Je tape alors « close up lens » dans Amazon.com (USA) et dans Amazon.de (Allemagne) pour trouver des pages et des pages de bonnettes.

 

Finalement, les miennes viendront de Berlin.

 

2)

 

Il m’arrive de demander en bijouterie ou chemiserie si le commerçant propose des cache-boutons.

Aucun ne m’a encore renvoyé vers un pharmacien ou dermatologue bien que ne comprenant pas ce que je cherche.

 

Il s’agit de couvre-boutons qui se placent sur les boutons des manches de chemises et les ennoblissent ainsi visuellement, simulant des boutons de manchette. Ils furent à la mode en… quand déjà ? Dans les années 90 ?

 

Bon, la charmante Y de la boutique de chemise ne peut les avoir connus, mais elle a le reflexe (très Y) de me suggérer de regarder sur le Net.

Confus comme un X en retard d’une technologie, je rentre taper cache-boutons sur Google pour en trouver, notamment sur… Amazon !

 

Précisons Amazon USA, où cet accessoire se trouve dans la « boutique bijouterie » sous la dénomination « button covers » car Amazon France vous regarde de haut et méprise les faisant semblants, les je-fais-croire-que-j’ai-des-boutons-de-manchettes, mais pas de ça ici, la maison ne fait que dans le véritable.


Excusez-moi.

Oui, j’essuie les pieds en ressortant.

Pardon de vous avoir dérangé.

 

Pourquoi diantre me dis-je, ne demande-je pas tous de suite Monsieur Google ou Madame Amazon lorsque je cherche quelque chose ?

 

Finalement, lorsque les clients prennent de manière croissante le chemin des achats sur le Net, les boutiquiers voient leurs ventes diminuer, la demande apparente chuter. A force, ils vont cesser de proposer des articles qui ne sont plus des niches de masse, ce qui accentue le succès des boutiques en ligne qui optent pour la masse de niches.

 

Nous nous retrouvons étonnamment dans les mêmes circonstances que celles qui ont fait la fortune de messieurs Sears et Roebuck (1893) : des consommateurs trop éloignés des biens qu’ils convoitent, qu’on leur propose de choisir sur catalogue puis de leur livrer à domicile.

 

Bientôt donc, devant la diminution croissante des ventes de poireaux en magasin primeur, ceux-ci ne seront disponibles qu’auprès d’Amazon ou eBay.

 

Ce recentrage aura des corollaires bénéfiques, comme éviter aux jeunes gens désœuvrés des quartiers aux épiceries désertées de se faire aguicher par les mémés à cabas.

Ils pourront même se faire embaucher pour les livrer en scooter de course.

Les poireaux.

 

On y viendra tous, à la traine…

 

 

 

Partager cet article

Repost 0
Published by Christian HOHMANN - dans Pareto et longue traine
commenter cet article

commentaires