Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Présentation

  • : Christian HOHMANN
  • Christian HOHMANN
  • : Extension interactive de mon site personnel, ce Blog rassemble une sélection d'articles dont des billets d'humeur. Bonne Lecture Christian HOHMANN http://christian.hohmann.free.fr
  • Contact

  • Christian HOHMANN
  • .

Publications

lean_management_small.jpg

livre5S_sml-copie-1.jpg

Recherche

Définition

Qu’est-ce qu’un billet d’humeur ?
 
En journalisme, le billet d’humeur est avant tout le regard très personnel, décalé et critique d'un journaliste sur un fait d'actualité. Il se place résolument du côté du commentaire, y compris dans son aspect le plus subjectif.
 
Le billet d'humeur, c'est aussi l'indignation, le coup de gueule et l’expression de la mauvaise humeur.
Le billet d’humeur, par essence, n'engage que son auteur.

Ecrire un commentaire

Pour écrire un commentaire sur un article, veuillez cliquer le lien qui se situe tout à la fin de l'article.

26 juin 2011 7 26 /06 /juin /2011 08:13

 

L’affaire des radars a tout du vaudeville, ce genre théâtral dans lequel les personnages se poursuivent sans jamais se rencontrer, sortent par une porte qui claque violemment pour revenir par une autre s’ouvrant à grand fracas.

Entre les sorties-entrées, un personnage tourné en ridicule se retrouve au milieu de la scène, en caleçon par exemple.

 

Pour celles et ceux qui voudraient consulter le scénario intégral, je recommande la page du >Figaro<


Sinon, voici un résumé très personnel de cette mauvaise pièce.

 


 

Acte I

 

Trop de tués sur les routes, les statistiques de la sécurité routière dérapent et les politiques s’émeuvent (déclarent, déclament, pérorent et gesticulent).

 

Les coupables ainsi que la solution sont tout trouvés : il faut démonter les panneaux annonçant les radars fixes, ainsi les automobilistes seront plus attentifs à leur vitesse (et les recettes liées aux infractions plus conséquentes).

 

Acte II

 

Les citoyens s’indignent, les élus s’inquiètent. Le gouvernement est critiqué de toute part.

En ces temps de révolutions pas toujours pacifiques et d’indignations citoyennes, est-ce le moment de verser l’huile de massage sur le feu ?

Certes non.

(Les ministres concernés se retrouvent avec leur belle idée dans la posture de l’amant ridicule dont le pantalon vient de tomber sur les chevilles, mais peu de spectateurs en rient.)

 

Posons le problème à nos commissions, cabinets et autres ressources en attente d’affectation :

 

 « Étant donné l’annonce catégorique et fortement médiatisée sur l’enlèvement des panneaux d’avertissement sur laquelle on ne saurait revenir, et personne à limoger en lui faisant porter le chapeau, comment démonter les panneaux sans courroucer le peuple ?».

 

Acte III 

 

Analyse du problème et formulation des préconisations :

 

« Démontrons le progrès entre les panneaux avertisseurs et la nouvelle solution qui de plus est pédagogique, entre une politique de terreur envers les automobilistes et la bonté du gouvernement qui souhaite désormais les éduquer. Mettons-y de la high-tech et de la couleur, installons des radars pédagogiques ! »

 

Acte IV

 

« Tout démontage de panneau signalant un radar fixe sera compensé par l’installation d’un radar pédagogique. De plus, les dispositifs avertisseurs (style GPS) ne sont pas (plus) des outils pour voyous potentiels mais des aides à la conduite qui signalent les zones de danger, tous comme les radars fixes qui comme chacun sait sont installés dans des zones particulièrement dangereuses. »

 

 

Acte V

 

Le citoyen moyen, auquel malgré les efforts politico-pédagogiques il reste quelques neurones fonctionnels et trois grammes de sens critique, résume :

 

« Nous avons des frais de démontage de panneaux, relativement neufs pour la plupart mais néanmoins irrécupérables,

Des coûts d’étude et de conseil pour une solution de remplacement

Des coûts d’acquisition de matériels « high-tech »

Des frais d’installation de ces matériels

Des frais d’entretien de ces matériels, que l’on devine infiniment plus élevés que ceux des panneaux qu’ils remplacent

Pour finalement signaler un radar fixe (ce que les panneaux démontés faisaient très bien) et sauver la face d’une partie de notre élite politique qui ne saurait revenir sur sa décision.

- Euh, c’est bien ça, mais avec de la démago pédagogie dedans. C’est bien ça, la pédagogie, non ? »

 

Partager cet article

Repost 0
Published by Christian HOHMANN - dans Billet d'humeur
commenter cet article

commentaires

Jeff 27/06/2011 09:09



Votre article m'énerve pour une fois !


Nous auraient ils encore pris pour des c... ?????


Sans vous, je ne l'aurais jamais su !!!!