Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Présentation

  • : Christian HOHMANN
  • Christian HOHMANN
  • : Extension interactive de mon site personnel, ce Blog rassemble une sélection d'articles dont des billets d'humeur. Bonne Lecture Christian HOHMANN http://christian.hohmann.free.fr
  • Contact

  • Christian HOHMANN
  • .

Publications

lean_management_small.jpg

livre5S_sml-copie-1.jpg

Recherche

Définition

Qu’est-ce qu’un billet d’humeur ?
 
En journalisme, le billet d’humeur est avant tout le regard très personnel, décalé et critique d'un journaliste sur un fait d'actualité. Il se place résolument du côté du commentaire, y compris dans son aspect le plus subjectif.
 
Le billet d'humeur, c'est aussi l'indignation, le coup de gueule et l’expression de la mauvaise humeur.
Le billet d’humeur, par essence, n'engage que son auteur.

Ecrire un commentaire

Pour écrire un commentaire sur un article, veuillez cliquer le lien qui se situe tout à la fin de l'article.

25 février 2012 6 25 /02 /février /2012 12:13

CH replayDans le billet d’humeur Superman peut-il se permettre d’être fatigué ? je postulais avec cynisme que la pression des objectifs et le besoin de performance condamnent tous les acteurs de l’entreprise, voire de la vie courante à se transformer en super héros au quotidien, avec interdiction de montrer de la fatigue.

 

La cause principale de cette obligation est constituée de processus défaillants, « bricolés » et peu robustes qui ne délivrent les résultats attendus que si les super héros pallient aux dysfonctionnements et approximations.

 

Or tous les personnels n’ont pas l’ambition ni même la possibilité de se muer en infatigables super héros, d’où la nécessité de travailler sur les systèmes pour les rendre performants et robustes. Ces systèmes doivent pouvoir fonctionner et délivrer de manière performante en étant pilotés par des gens ordinaires.

 

La première source de « fatigue » et irritations à réduire est constituée des opérations et tâches inutiles, qui consomment ressources et temps sans générer de valeur ajoutée vendable. On vérifie ensuite dans cet ensemble la part relative des  opérations et tâches inutiles supprimables et celles des opérations et tâches, qui bien qu’inutiles au sens de la création de valeur, ne sont pas supprimables.

VA-NVA.PNG

En matière de tâches inutiles non supprimables il peut s’agir de contraintes réglementaires, légales, imposées par le siège, des contraintes techniques, technologiques, etc.


Pour ces dernières, si on ne peut les supprimer, peut-être peut-on faire différemment, en y passant moins de temps et/ou en consommant moins de ressources.

 

La seconde source de fatigue et d’irritation est constituée des dysfonctionnements ; pannes, défauts, nécessité de refaire ou de retoucher, nécessité de relancer, de rappeler, de vérifier, etc.

 

L’approche traditionnelle de résolution de problèmes recommande de classer les problèmes à résoudre selon un ordre de priorité, qui se fonde sur un ou plusieurs paramètres pertinents, tels que les risques sur la sécurité, les risques d’impact sur le clients, le temps perdu, le coût induit, etc.

Le diagramme de Pareto (vidéo) est l’outil par excellence qui va aider à la décision et la recommandation est de donner la priorité à la tête de Pareto, sur les causes les plus importantes, dont la résolution fournira l’effet de levier le plus important, en vertu de la loi des 20/80.

 

Or de nombreux irritants se trouvent également dans la « queue de Pareto », qui risquent de ne « jamais » être adressés, d’où ma recommandation de déroger à l’orthodoxie 20/80 et privilégier une approche duale(1), ou en tenaille. Par celle-ci on résout rapidement les petits problèmes simples, mais très agaçants et on attaque simultanément les quelques causes majeures qui ont un effet de levier important.

 

De proche en proche, les processus devraient gagner en fiabilité, en robustesse et les personnels en sérénité.

A terme, plus besoin de super héros, les personnes ordinaires sont capables de piloter des processus fonctionnant « au nominal », c’est-à-dire tel qu’attendu.

 

Reste le cas des gens ordinaires qui ne se voient qu’en super héros et qui ne trouvent d’intérêt que dans les actions héroïques. Cette population est peu réceptive au discours qui précède car elle se rend indispensable et en tire une grande satisfaction.

 

Une entreprise qui accepte cela accepte la dépendance à des « compétences » individualisées, qui dans les cas extrêmes amènent des comportements de pompiers pyromanes.

 

Le plus navrant est que nombre de ces super héros volontaires sont vus comme des éléments dévoués et indispensables.

 

 

(1)   livre Techniques de productivité


Pour recevoir une notification des nouvelles parutions sur ce blog, abonnez-vous gratuitement à la newsletter



Partager cet article

Repost 0
Published by Christian HOHMANN - dans Lean
commenter cet article

commentaires