Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Présentation

  • : Christian HOHMANN
  • Christian HOHMANN
  • : Extension interactive de mon site personnel, ce Blog rassemble une sélection d'articles dont des billets d'humeur. Bonne Lecture Christian HOHMANN http://christian.hohmann.free.fr
  • Contact

  • Christian HOHMANN
  • .

Publications

lean_management_small.jpg

livre5S_sml-copie-1.jpg

Recherche

Définition

Qu’est-ce qu’un billet d’humeur ?
 
En journalisme, le billet d’humeur est avant tout le regard très personnel, décalé et critique d'un journaliste sur un fait d'actualité. Il se place résolument du côté du commentaire, y compris dans son aspect le plus subjectif.
 
Le billet d'humeur, c'est aussi l'indignation, le coup de gueule et l’expression de la mauvaise humeur.
Le billet d’humeur, par essence, n'engage que son auteur.

Ecrire un commentaire

Pour écrire un commentaire sur un article, veuillez cliquer le lien qui se situe tout à la fin de l'article.

8 février 2010 1 08 /02 /février /2010 21:17

Rien n’est plus infâmant pour un japonais que de s’excuser et reconnaitre une faute commise. Il importe d’autant plus de sauver la face que la position du fautif potentiel est élevée et prestigieuse.

 

S’excuser en public, en s’inclinant humblement, ne permet guère de sauver la face. Ce n'est pas ce que l'on envisage et il n'est donc pas étonnant que les capitaines d’industrie nippons ne soient pas très « performants » en la matière.

 

D’après lefigaro.fr, « Après des semaines de mutisme, le directeur général du groupe (TOYOTA) Akio Toyoda a organisé vendredi en catastrophe une «conférence d’excuses», si maladroite et froide qu’elle a eu l’effet exactement inverse de celui recherché. »

 

Si pour les occidentaux ce genre d’humiliation est plus étonnant que grave, il est pris extrêmement au sérieux au Japon.

 

Pire, le fleuron de l’industrie fait porter la honte à tout le pays : « Au Japon, les ennuis de Toyota prennent la tournure d’une affaire d’État, en raison du poids du constructeur dans le pays. Toyota est le dernier symbole de la grandeur industrielle du Japon. (…) C’est un problème pour l’ensemble de l’industrie automobile japonaise, et pour la confiance envers les produits japonais», Katsuya Okada, ministre des Affaires étrangères. (lefigaro.fr)

 

Du temps où les dignitaires portaient encore le sabre, une telle affaire commandait d’écrire un ultime poème avant de s’ouvrir le ventre. On lui en demandera pas tant à M. Toyoda, même si son humeur l’y fait peut-être penser.

 

En France, il faudrait changer de métier, de région, éventuellement d’identité.

Aux USA, il faudrait changer d’entreprise, rejoindre la concurrence.

Au Japon, il faudra probablement quitter son siège et rentrer dans l’ombre honteuse…

 


Mentsu o tamotsu, une des expressions que j’ai retenue de « ma période japonaise ». C’est un de mes mentors de l’archipel qui m’avait expliqué la chose en privé, soucieux de m’éviter la rancune d’un collègue, ou pire d’un supérieur nippon, blessé sans le vouloir par le franc-parler occidental.

 

Le souci du mentsu o tamotsu, je l’ai compris plus tard, m’avait valu une sèche remise en place du patron japonais, alors que je pointais un problème qualité provoqué sans le vouloir par un de nos visiteurs du siège nippon.

 

La même recherche du mentsu o tamotsu a fait littéralement « bugger » un de nos PDG lors d’une réunion. Ne trouvant pas de réponse lui permettant de sauver la face, il est resté « coincé » et muet tel un Windows planté durant une dizaine de minutes. Je ne me souviens plus comment nous l’avons décoincé, mais les sourires gaulois devant ce désarroi nippon n’ont pas du aider beaucoup.

 


 

Partager cet article

Repost 0
Published by Christian HOHMANN - dans Billet d'humeur
commenter cet article

commentaires