Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog

Présentation

  • : Christian HOHMANN
  • Christian HOHMANN
  • : Extension interactive de mon site personnel, ce Blog rassemble une sélection d'articles dont des billets d'humeur. Bonne Lecture Christian HOHMANN http://christian.hohmann.free.fr
  • Contact

  • Christian HOHMANN
  • .

Publications

lean_management_small.jpg

livre5S_sml-copie-1.jpg

Recherche

Définition

Qu’est-ce qu’un billet d’humeur ?
 
En journalisme, le billet d’humeur est avant tout le regard très personnel, décalé et critique d'un journaliste sur un fait d'actualité. Il se place résolument du côté du commentaire, y compris dans son aspect le plus subjectif.
 
Le billet d'humeur, c'est aussi l'indignation, le coup de gueule et l’expression de la mauvaise humeur.
Le billet d’humeur, par essence, n'engage que son auteur.

Ecrire un commentaire

Pour écrire un commentaire sur un article, veuillez cliquer le lien qui se situe tout à la fin de l'article.

12 mai 2013 7 12 /05 /mai /2013 11:29

Le temps d'une petite retraite loin de la connectivité numérique et mes statistiques du nombres de vues de ma chaine Youtube (http://www.youtube.com/user/HohmannChristian) passe la barre des 100 000.

102 175 vues lorsque je contrôle à mon retour, en un peu plus de deux ans.

296 personnes se sont abonnées pour être averties des parutions, dont la fréquence est d'une vidéo toutes les six semaines environ.

La durée cumulée de visionnage est estimée à l'équivalent de 99 jours non stop pour 40 vidéos en ligne au début mai 2013.

Ci-dessous le classement du top 10

99 jours de vidéo non stop
Repost 0
Published by Christian HOHMANN
commenter cet article
1 mai 2013 3 01 /05 /mai /2013 17:29

C’était un samedi parmi les samedis, jour d’emplettes et d’humeur à renouveler ma garde-robe, qui au passage est une expression curieuse pour désigner la collection de vêtements d’un homme.

Voici un pantalon qui trouverait, outre grâce à mes yeux, sa place dans ladite garde-robe. L’essayage est concluant, le vêtement semble taillé pour moi, aucune retouche nécessaire, pas même un ourlet à reprendre. Satisfaction !

N’ayant jamais trouvé grand plaisir au shopping et aux essayages, cette efficacité me convient tout à fait, je vais régler mon achat. Satisfaction.

Le prix n’est pas d’appel, ordinaire pour cette catégorie, avec un brin de valeur d’estime que confère  cette marque. A cet instant, ce constat n’est qu’une remarque mentale que j’enregistre automatiquement en attendant mon tour devant la caisse.

Quelques semaines plus tard, une nouvelle opportunité de shopping me fait essayer un pantalon moins de trois fois moins cher que le précédent. La taille que je prends habituellement me fait une superbe silhouette de saucisson bien ficelé, empêche tout aliment de descendre plus bas que l’estomac et déconseille toute tentative de s’asseoir.

Ce qui amuse beaucoup mon épouse. Mais pas son époux.

Etant certain de ma stabilité pondérale, je conclue à un problème de pantalon et non de client.

L’essayage de la taille supérieure libère tout ce que la taille inférieure contraignait, voire un peu plus, laissant l’excès de tissu au niveau fessier flotter librement au vent.

Ce dont mon épouse se moque volontiers. Mais pas sur son époux.

C’était un prix d’appel, mais la valeur perçue est faible, voire nulle. L’essayage en reste donc là, suivi d’un échange conjugal très sérieux sur la corrélation prix-qualité, la comparaison avec l’achat précédent. Le débat conclut que prix, qualité et satisfaction trouvent leur équilibre, mais pas dans la zone des moins-disant. Et il y a bien des raisons à cela.

Centre commercial et nombreuses boutiques obligent, j’accompagne Madame dans d’autres enseignes, dont une, proposant des vêtements féminins, des robes à moins de 10 euros !

Même sans être spécialiste de la confection, il me parait stupéfiant d’arriver à payer le tissus, la main d’œuvre, le transport et se garder une marge avec moins de dix euros. Prix imbattable, coût incompréhensible, valeur très sujette à caution.

C’était la même semaine que l'effondrement d'un immeuble qui a causé la mort de 405 ouvriers du textile au Bangladesh.

Difficile de ne pas imaginer un lien entre les deux.

 

Repost 0
Published by Christian HOHMANN
commenter cet article
28 avril 2013 7 28 /04 /avril /2013 17:37
Repost 0
Published by Christian HOHMANN
commenter cet article
27 avril 2013 6 27 /04 /avril /2013 17:58

Repost 0
Published by Christian HOHMANN
commenter cet article
27 avril 2013 6 27 /04 /avril /2013 11:00

Cela faisait longtemps que je n'avais plus eu d'offres mirobolantes en échange de mes coordonnées bancaires. La dernière à atterrir dans les courriers indésirables ne propose "que" 750.000 Euros, une misère comparée aux habituelles qui ne sauraient passer sous le million.

Je vous la livre dans son jus  et attire votre attention sur un aspect méconnu de Monaco, qui dispose à notre grand étonnement de plantations d'hévéas et d'industrie sidérurgique.

Vous trouverez également les renseignements bancaires secrets de la donatrice, à ne pas divulguer, bien évidemment.


 
  Bonjour,
 
Si j'ai voulu vous envoyer ce message, ce n'est pas un simple hasard. je tiens dans un premier temps à m’excuser pour cette intrusion dans votre vie même si j’avoue que cela est très important pour moi.
Je m'appelle Mme DELPHINE SINELLE  Je souffre d’un Cancer à la Gorge depuis maintenant plus de 3 ans et demi et là malheureusement, mon médecin traitant vient de m’informer que je suis en pleine phase terminale et que mes jours sont proche du fait de mon état de santé assez dégradé.
 
Je suis veuve et je n’ai pas eu d’enfant ce que je commence à regretter amèrement.au fait, la raison pour laquelle je vous contacte est que je souhaite faire Don d’une partie de mes biens vu que je n’ai personne qui pourrait en hériter.J’ai presque vendu toutes mes affaires dont une entreprise d’exportation de bois et d’hévéa et une Sidérurgie en Afrique et aussi à MONACO. Une grosse partie de tous ces fonds récoltés a été versée auprès de différentes associations à caractères humanitaires un peu partout dans le monde mais surtout en Haïti. Pour ce qui est du reste de la somme qui s’élève exactement à 750.000 € (Sept cent cinquante mille Euros)
présentement sur un Compte Personnel Bloqué dans une BANK INTERNATIONAL, mon dernier souhait serait de vous en faire Don afin que vous puissiez investir dans votre secteur d’activité.
 
..........................................................INFORMATIONS PERSONNELLES..............................................
Madame  DELPHINE SINELLE CAPWELL de nationalité Franco-américaine avec un Passeport N°124574 , résident en ANGLETERRE.
Je suis détentrice d'un compte  dans une institution financière; les renseignements secrets de mon compte sont :
Titulaire du Compte : Madame DELPHINE SINELLE CAPWELL
Numéro de compte: 0485626P036
RIB: 05
Guichet : 01015
IBAN: FR 18  2004 1010 1504 8562 6p03 605
Contenue du compte : Bien personnel
Date d'ouverture du compte : 01 FEVRIER 2006  Par ailleurs Je souhaite que vous m'envoyer expressivement vos informations personnelles si possible.
NOM : ...............................................
PRÉNOM :..........................................
ADRESSE :........................................
PROFESSION:.....................................
PAYS :............................................. TÉLÉPHONE:....................................
 
Je vous laisse mon numéro  téléphonique afin que vous contactiez mon docteur pour me laisser commission en cas de besoin.
TEL: 00447045778724
Repost 0
Published by Christian HOHMANN
commenter cet article
27 avril 2013 6 27 /04 /avril /2013 10:30

Les outils de la qualité ont trouvé leur place sur mon nouveau site, intégrés au portail Six Sigma sous la rubrique "les outils de la qualité".

http://christian.hohmann.free.fr/index.php/six-sigma/les-outils-de-la-qualite

http://christian.hohmann.free.fr/index.php/six-sigma/les-outils-de-la-qualite

Repost 0
Published by Christian HOHMANN
commenter cet article
24 avril 2013 3 24 /04 /avril /2013 12:25

Quand les césures et troncatures nous jouent des tours... Voici mon étonnement lorsque je vous le titre du livre du très honorable Pierre Jocou (à droite) "Au coeur du changement une autre démarche de m..." laisse présager le pire !

 

Troncature malheureuse

En fait, la troncature est facétieuse car le titre complet est :

Troncature malheureuse

Honni soit qui mal y pense.

Repost 0
Published by Christian HOHMANN
commenter cet article
22 avril 2013 1 22 /04 /avril /2013 19:30

Tout, tout de suite, en un même lieu, tout le temps, partout, parfait et au moindre coût.

Telles sont les exigences du consommateur d’aujourd’hui, consommateur nourri durant des années au discours de la jubilation que procure la consommation frénétique, de la qualité totale, du client roi et de la disponibilité 24/7.

 

Tout est disponible, que ce soit des vêtements confectionnés en Chine ou des fraises en décembre plantées au Chili, la banque, les pizzas à domicile et des articles et prestations dont on n’a même pas idée.

 

Tout c’est aussi la cohérence de l’offre comportant tous les éléments qui la composent : l’acquisition d’un bien, les possibilités de le financer, les conseils avant et après-vente, les indications quant aux démarches administratives, etc.

 

L’unité de lieu est d’abord issue de l’expérience des super et hypermarchés dans lesquels le consommateur trouve en un même lieu « tout » ce qu’il lui faut. Cette notion s’élargie aux hypermarchés que sont les places de marchés (marketplace) et les guichets uniques des administrations.

 

Evidemment, dans le tourbillon quotidien où tout va si vite, pas question d’attendre. Les désirs sont désormais tous pressants et la satisfaction instantanée, car les désirs sont désormais fugaces et les satisfactions éphémères.

Cela implique que tout fournisseur, tout prestataire qui n’est pas prêt à temps perd une opportunité et peut-être un client.

Car au passage, les clients fidèles sont devenus une légende, un souvenir des temps (heureux ?) où le temps s’écoulait moins vite, les désirs étaient faits de langueur et la satisfaction intensément proportionnelle à l’attente.

 

Tout le temps c’est aussi l’adaptation de la disponibilité des biens et services selon la disponibilité des consommateurs. Les deux facteurs conduisant au succès de la disponibilité permanente.

 

Tout le temps peut aussi se comprendre comme la constance, la permanence, la durée. Prendre ses habitudes sur un site marchand en ligne ou revenir vers un même lieu réel est motivé par la forte probabilité d’y trouver satisfaction. Que celle-ci soit déçue trop souvent et la fidélité disparait. « Trop souvent » étant lié à un seuil de tolérance qui ne cesse de s’abaisser.

 

Tout est disponible partout. Les commerces et leurs enseignes sont les mêmes dans tous les centres villes, dans tous les centres commerciaux et dans quasiment tous les pays. De plus, la technologie autorise la consultation ou l’achat dans les lieux les plus improbables et à toute heure.

 

Produit, prestations et services associés doivent être parfaits. Impensable de devoir attendre la correction d’une erreur, subir le renvoi pour une non-conformité ou de devoir invoquer le service client pour quelque raison que ce soit. Sauf bien évidemment si le caprice du client lui fait renvoyer la marchandise, contester ceci ou cela.

 

Les clients se sont habitués au pas cher, voire au gratuit. Les fournisseurs n’ont plus d’autre choix que de proposer leurs offres au mieux au prix du marché, au pire au moindre prix. Dans de rares cas, le caractère irrésistible de leur offre leur confère temporairement la possibilité de vendre cher avec de gros profits. Cela ne dure guère généralement, avant que la guerre des prix contraigne à faire des affaires en maitrisant ses coûts pour sauver ses marges.

 

De manière opérationnelle pour un fournisseur, le slogan « Tout, tout de suite, en un même lieu, tout le temps, partout, parfait et au moindre coût » se décline en exigences de maitrise :

  • De l’offre globale (tout, en un même lieu et partout)
  • Des délais (tout de suite, tout le temps)
  • De la disponibilité (tout, tout le temps, partout)
  • De standards (partout, parfait, tout le temps)
  • De la qualité (tout de suite, parfait)
  • Des coûts

A la lecture de cet énoncé, il me semble que l’usage synergétique de Lean et Six Sigma trouve un vaste champ d’application.

 

Repost 0
Published by Christian HOHMANN
commenter cet article
14 avril 2013 7 14 /04 /avril /2013 11:42

Il est une règle infaillible, une quasi loi physique qui rend les tables de bistrots et restaurants obligatoirement branlantes.

Un nombre significatifs d’expériences parfaitement non préparées dans des établissements « choisis » au hasard permet d’affirmer que toute table de ce type d’établissement branle.

Il ne s’agit pas des coups reçus des voisins du fait de la densité de clients assis au mètre carré, qui oblige à imbriquer les coudes et à les lever pratiquement de manière synchrone, non il s’agit de l’instabilité propre de chaque table, quelque soit son type de piètement. Elle branle.

La table branlante propage une onde sismique dès qu’un convive tente la découpe de sa viande, secousse suivie comme il se doit d’un tsunami dans l’assiette de soupe ou le verre de chardonnay et ses funestes conséquences sur la chemise que l’on espérait présenter propre au client lors du rendez-vous à venir.

Cette expérience se vérifie également très bien de bonne heure avec une tasse de café. Et si la chemise en réchappe, c’est le dossier client qui trinque.

Celui que l’on espérait présenter propre lors du rendez-vous à venir.

Un autre grand mystère de la vie quotidienne est l’étonnement du serveur à qui vous (réussissez à faire) faites la remarque. De toute sa carrière c’est bien la première table branlante qu’il voit ! Alors qu’il passe la moitié de son temps en-dessous desdites tables à sacrifier des sous-bocks ou des serviettes en papier par tonnes entières en cherchant à caler ces fichues tables.

Nous noterons au passage une troublante similarité entre les serveurs de restaurant et les politiciens, deux professions promptes à jurer n’importe quoi et à s’intéresser aux dessous de tables.

Ne trouvant pas d’explications convaincantes sur les raisons d’un choix délibéré des patrons de restaurants à s’équiper en tables branlantes, je penche pour un vaste complot de la corporation des carreleurs, qui pour d’obscures motivations pose des carreaux parfaitement ajustés aux branlages de tables. Contrairement à la croyance populaire, c’est là une technique particulièrement difficile à acquérir pour garantir l’instabilité permanente des tables, quelque soit leur position.

Finalement, pourquoi les tables de la restauration collective ne branlent-elles jamais ?

On trouve amplement de quoi critiquer les restaurants d’entreprises, les cantines scolaires et autres établissements de ce type, mais de tables branlantes point.

Si vous pouvez m’éclairer, n’hésitez pas…

Repost 0
Published by Christian HOHMANN - dans Mystères de la vie quotidienne
commenter cet article
2 avril 2013 2 02 /04 /avril /2013 06:44

La méthode de réapprovisionnement à point de commande est à la base des systèmes kanban et du flux tiré.



Repost 0
Published by Christian HOHMANN - dans Lean
commenter cet article