Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog

Présentation

  • : Christian HOHMANN
  • Christian HOHMANN
  • : Extension interactive de mon site personnel, ce Blog rassemble une sélection d'articles dont des billets d'humeur. Bonne Lecture Christian HOHMANN http://christian.hohmann.free.fr
  • Contact

  • Christian HOHMANN
  • .

Publications

lean_management_small.jpg

livre5S_sml-copie-1.jpg

Recherche

Définition

Qu’est-ce qu’un billet d’humeur ?
 
En journalisme, le billet d’humeur est avant tout le regard très personnel, décalé et critique d'un journaliste sur un fait d'actualité. Il se place résolument du côté du commentaire, y compris dans son aspect le plus subjectif.
 
Le billet d'humeur, c'est aussi l'indignation, le coup de gueule et l’expression de la mauvaise humeur.
Le billet d’humeur, par essence, n'engage que son auteur.

Ecrire un commentaire

Pour écrire un commentaire sur un article, veuillez cliquer le lien qui se situe tout à la fin de l'article.

29 mars 2013 5 29 /03 /mars /2013 03:11

Parmi les multiples cartes de fidélités gratuites et acceptées par la grâce du sourire de la vendeuse figure dans ma collection celle de notre pétrolier national.

Total.PNGCelui-ci distribue avec plus de parcimonie les points fidélités aux clients que les dividendes aux actionnaires si l’on en croit ses détracteurs et après avoir consommé l’équivalent d’un camion-citerne de gazole, mon solde de points fidélité me rend éligible aux « indispensables », en l’occurrence des boites à pique-nique ou…  un éplucheur.

Je sais les effets de la crise dévastateurs, mais de là à qualifier ces ustensiles d’indispensables…

Je doute fortement que les prochaines files d’attentes aux pompes soient dues au désir frénétique des foules en délire à se procurer ces « indispensables ».

Qui de plus font partie d’une offre et de stocks limités.

Ce qui tendrait plutôt à nous rassurer.

Mais peut-être est-ce là un trait de petit génie du marketing s’inspirant d’un slogan (particulièrement idiot à mon sens) qui essaie de faire comprendre aux consommateurs que : qui n’a pas son éplucheur à lame céramique avant ses vingt-cinq ans a définitivement raté sa vie.

Vous noterez en outre le message subliminal mais terriblement accusateur qui gratifie les clients les moins dépensiers mais néanmoins fidélisés d’un « économe », nom usuel de ce type d’éplucheur, quand bien même serait-il équipé d’une lame céramique.

Est-il nécessaire d’humilier à ce point ceux qui n’en accumulent que peu ?

Des points.

Deuxième humiliation ironique des clients qui viennent se faire tondre (la faute aux taxes nous dit-on) : on les renvoie avec un éplucheur…

Quand bien même serait-il équipé d’une lame céramique.

Je suis d’autant plus surpris du choix offert s’il est représentatif du catalogue, que les plus gros accumulateurs de points sont plutôt des routiers au long cours. Les Bébert 74 ou Marcel du 27 au volant de leur 38t, qui vident à eux seuls un supertanker tous les ans.

Que peuvent donc recevoir Bébert74 ou Marcel du 27 en échange de leurs dizaines de milliers de points ? Une planche à repasser ? Des bigoudis gonflables ? Un redresse-cils en titane ?

Vraiment, les marketeurs savent faire rêver. A quand le contrôle anti-dopage systématique ?


Repost 0
Published by Christian HOHMANN - dans Billet d'humeur
commenter cet article
26 mars 2013 2 26 /03 /mars /2013 06:49
Lorsque le top management identifie une impérieuse nécessité de réduire les coûts, l’approche la plus simple consiste à décréter un taux de réduction appliqué de manière uniforme à toutes les directions ou services, sous prétexte d’équité. Ce billet est largement inspiré d’un podcast de Steve Bragg (Cost reduction analysis, accessible sur http://www.accountingtools.com/podcasts/ ), complété de quelques réflexions et expériences personnelles.

Or toutes les directions ou services ne sont pas gérés de la même manière. Ainsi, les bons élèves ayant déjà spontanément réduit ou tout du moins maitrisé leurs dépenses ont moins de marge que les mauvais élèves qui n’ont rien ou peu entrepris dans cette direction et qui disposent par conséquent de marges de progrès plus importantes.

Le paradoxe est alors que les bons élèves ne peuvent pas atteindre les objectifs assignés, alors que les mauvais élèves obtiennent des victoires faciles et des compliments immérités.

Lorsque des managers reçoivent la consigne de réduire les coûts deux cas de figures se présentent :

  1. Ils déploient une énergie considérable à argumenter et démontrer que cela n’est pas possible dans leur périmètre, accessoirement ils sont très créatifs quant aux idées pour les périmètres de leurs collègues. Durant tout ce temps rien ne se passe.
  2. Ils s’exécutent, réduisent leurs ressources et répartissent la charge de travail sur les ressources restantes, ce qui dans le cas de la main d’œuvre se traduit par une baisse immédiate de la productivité, de la qualité, des délais, etc. le temps que le système trouve à se stabiliser après cette perturbation.

Dans ce second cas, la réduction autoritaire des coûts peut également entrainer une perte de chiffre d’affaires et celle de clients, mécontentés par la dégradation des prestations.

La réduction autoritaire des coûts qui se traduit par une réduction des ressources est rarement une solution durable. D’une part du fait de la charge pesant sur les ressources restantes, trop importante pour être durablement supportable. D’autre part par la dégradation de la qualité, notamment de service). Il vaut mieux décider, après analyse des risques, quelles prestations ou fonctionnalités retirer de l’offre et économiser les dépenses afférentes.

La décision entre maintenir ou abandonner une fonctionnalité ou une prestation ne peut être que binaire, les compromis ne donnant aucun résultat satisfaisant, ni sur le plan des économies réalisées, ni sur leurs conséquences.

Si la décision de désengagement porte sur des unités, tels des unités de production, des points de ventes, etc. il faut choisir de fermer ou céder les moins performantes et ne pas chercher à les maintenir toutes, au risque de dégrader les performances des meilleures et des moyennes.

Ceci renvoie la décision de la mise en œuvre des réductions de coûts au top management, car elle est de nature stratégique.

Un suivi constant des performances, des contributions vs. coûts des différentes unités permet de remédier à des problèmes récurrents avant que des décisions drastiques doivent être prises, lorsque la situation est irrécupérable où que la situation globale s’est détériorée au point de nécessiter une gestion de crise.


 

J’invite les lectrices et lecteurs qui ne connaissent pas à fureter le thème « paradoxe de la grenouille ».

En complément, je recommande mon billet « Lorsque l’amputation est requise, la manucure n’est plus une option »


Repost 0
Published by Christian HOHMANN - dans Billet d'humeur
commenter cet article
23 mars 2013 6 23 /03 /mars /2013 18:59

Pour votre information, le portail 5S de mon nouveau site s'étoffe progressivement.

Vous le trouverez à l'adresse : http://christian.hohmann.free.fr/index.php/portail-5s

Capture portail 5S

 

Les articles sont graduellement repris de mon site historique HConline ou créés dans un environnement plus ergonomique et mieux structuré.

Vos commentaires et suggestions sont bienvenus.



Repost 0
Published by Christian HOHMANN - dans Annonces
commenter cet article
20 mars 2013 3 20 /03 /mars /2013 06:50

Cher amateurs de merguez, si les vôtres grésillent avec un accent british en bloblotant quelque peu bizarrement dans la poêle ou sur votre barbecue, placez immédiatement un sarcophage de béton sur la chose et appelez la sécurité civile en évacuant la zone. Vous pourriez sans vous en douter frire du mouton britannique prohibé potentiellement plein de prions en plus du mauvais cholestérol.

Rappelons que parmi les maladies à prions figurent la maladie de la vache folle (nom savant : encéphalopathie spongiforme bovine) ou la tremblante du mouton (nom savant : tremblante du mouton).

D’où la possibilité de merguez qui bloblotent, à l’instar des desserts de gélatine fluorescente qu’affectionnent nos voisins britanniques et qui me font immanquablement penser à des bouses radioactives d’un monstre extraterrestre.

C’était prévisible (souvenez-vous : Alimentation : de plus en plus d’alertes).

C’est pas de chance, ça retombe sur les mêmes : de la viande de mouton dument étiquetée mais prohibée, qui arrive chez nous alors qu’elle est interdite (voir l’article du Figaro à ce sujet).

Vous ne vous doutiez pas, chères consommatrices confiantes et liseuses attentives d’étiquettes censées tracer et informer que le terme « transformation » dans l’industrie agroalimentaire est parfois ( ?) à prendre au sens le plus littéral.

Surtout quand un cheval devient bœuf.

Ou du mouton douteux devient du mouton de premier choix.

A en croire les déclarations des responsables politiques, pour vous rassurer, une ribambelle d’autres étiquettes devraient arriver.

Au rythme où les choses évoluent, vous achèterez pour Noel prochain un carton de listing avec un peu de viande au fond.

Ce sera peut-être de la dinde.

 

 


 

Repost 0
Published by Christian HOHMANN - dans Billet d'humeur
commenter cet article
16 mars 2013 6 16 /03 /mars /2013 10:34

L'article ci-dessous compte parmi mes premières publications imprimées. Il est paru en mai 2002 dans les pages du magazine "Management" (n°116).


entreprise pas démocratie-sml


Aujourd'hui le constat n'a pas vraiment changé, mais du fait de la conjoncture se sont les objectifs de réduction ("optimisation" diront les plus politiquement corrects) de dépenses qui inspirent les individus.

Quant aux économies et coupes budgétaires que devraient faire leurs collègues s'entend.

Pas eux.

Ils n'ont déjà pas assez de budget en temps normal.




Repost 0
Published by Christian HOHMANN - dans Billet d'humeur
commenter cet article
15 mars 2013 5 15 /03 /mars /2013 07:15

lean management bigJ’ai le plaisir de partager la nouvelle : le 12 mars 2013, le prix du "meilleur livre informatique" a été décerné à Lean Management par le jury de l'Association Française d'Ingénierie des Systèmes d'Information (AFISI), dans les locaux du ministère de l'Economie et des Finances, rue de Bercy à Paris.

Vous avez dit "meilleur livre informatique" ?

Voilà une surprise pour l’auteur (moi) d’un ouvrage basé sur une expérience essentiellement industrielle et dont une seule page sur 423 est consacrée à Lean IT (Information Technology) !

En fait l’AFISI considère certains sujets connexes comme éligibles à concourir, Lean Management a donc trouvé grâce aux yeux du jury.

Par ailleurs, je suis faussement surpris dans la mesure où j’ai pu vérifier à maintes reprises les similarités entre Lean pratiqué dans le cadre de la production de biens tangibles et Lean pratiqué dans le développement informatique. Lean Management et Lean IT tendent à converger.

Christian HOHMANN Lauréat du Prix AFISI 2012En 2010 – 2011 j’avais été invité à participer au Think Tank ORSYP pour témoigner des pratiques industrielles en matière de pilotage de la performance, puis à participer aux réflexions sur leurs transpositions possibles aux opérations informatiques. Ce travail s’est matérialisé dans un livre blanc dont j’ai eu l’honneur d’écrire la préface et livrer un certain nombre de contenus. 

Plus récemment, mes missions de diagnostic et de conseil en matière de conception de produits industriels ont encore démontré la similitude entre cette activité et le développement informatique. Tous deux produisent des données en utilisant des processus auxquels on peut parfaitement appliquer les principes Lean.

La conception de produits a intérêt de s’inspirer des méthodes agiles de l’informatique et pour les mêmes raisons : éviter l’effet tunnel en gestion de projet, scrum pour sécuriser le développement par incréments ou le kanban personnel pour gérer sa charge.


Cet article est une communication et une analyse personnelle, il ne reflète en rien les opinions de l’AFISI, de ses membres ou du jury du « meilleur livre informatique ».


Repost 0
Published by Christian HOHMANN - dans Annonces
commenter cet article
14 mars 2013 4 14 /03 /mars /2013 19:26

Innova-Maintenance® 2013 Maintenance & Innovation

Le Pôle Maintenance (*) de l’IUT Louis Pasteur de Schiltigheim - Université de Strasbourg, en collaboration avec l'Association Française des Ingénieurs et Responsables de Maintenance, organisent le 21 mars 2013 à partir de 9h une journée sur le thème : « Maintenance & Innovation » dans le cadre d'Innova-Maintenance®.

Cette manifestation sera retransmise en direct sur le web.

Liens directs
- La page du site
http://www.iut-lps.fr/iut-schiltigheim/page-innova-maintenance-2013.html
- Le programme
http://www.iut-lps.fr/iut-schiltigheim/telechargements/liste-fichiers/conferences/maintenance/2012/programme2013.pdf
- Le coupon d'inscription
http://www.iut-lps.fr/iut-schiltigheim/telechargements/liste-fichiers/conferences/maintenance/coupon_visiteur_2013.pdf
- L'affiche
http://www.iut-lps.fr/iut-schiltigheim/telechargements/liste-images/conferences/maintenance/innova2013.jpg

 


 

Cette journée s'inscrit dans la semaine de l'industrie.

En partenariat avec GEOENERGIES, APAVE Alsacienne, ENDEL GDF-SUEZ, ICARE et l'Afim, l’IUT Louis Pasteur organisent le 21 mars 2013, la journée de l'innovation en maintenance retransmise en direct sur le net :

  • Managez visuellement la condamnation des énergies pour réduire les risques, Sécurafim®, une démarche et des outils pour améliorer la sécurité des intervenants de maintenance (Afim)

  • Traitement écologique des eaux, applications aux utilités, solutions antitartre, désemboueurs clarificateur (Géoenergies)

  • Solution de mobilité avec MAINTA (APAVE Alsacienne)

  • Suivi vibratoire précoce de défauts de roulements. Eviter les arrêts non planifiés sur les roulements très basse vitesse (Icare)

  • Rôle de la maintenance pour améliorer l'efficacité énergétique des installations. Mise en évidence des liens logiques entre maintenance et consommations d'énergie. Face à l'augmentation des coûts de l'énergie, la maintenance devient un levier puissant pour en diminuer la facture (Cofely Endel, groupe Endel-Gdf-Suez)
  • Synthèse de la journée (AFIM)

Ce sont ces thèmes que cette journée tentera d'aborder, et l'objectif est de vous faire partager l'expérience de différentes entreprises.

Cette manifestation a été retransmise en direct sur Internet, par la chaîne Colloques et Conférences.

L'inscription n'est pas nécessaire pour suivre en direct sur le net.


Les journées de l'innovation en maintenance

Innova-Maintenance®, s'appuie sur le réseau des établissements de formation de la filière maintenance afin de promouvoir les solutions innovantes et concrètes dans les domaines de la technologie et de l'amélioration des conditions de travail :

  • détection et recherche à distance : défaillances, fuites, canalisations, conducteurs...
  • outillages ergonomiques : réduction des efforts, autonomie des intervenants, assistance à la manutention ...
  • transport des personnes et des outillages
  • aménagement des véhicules d'intervention
  • sécurisation des installations : détection d'énergies résiduelles ...
  • surveillance des installations en service : mesures d'épaisseur d'équipements chaudronnés, détection de défauts d'isolement, analyse des signaux électriques ...
  • EPI adaptés à la maintenance : pouvoir parler, se mouvoir aisément ...
  • ...

Intimement liée à l'incessant développement technologique, à l'apparition de nouveaux modes de gestion et à la nécessité de réduire les coûts de production, la maintenance doit s'adapter et innover. Par les liens forts qu'ils entretiennent entre formation et monde professionnel, les établissements de formation de la filière maintenance contribuent à l'essor de la recherche technologique. Convaincus qu'il n'y aura pas d'excellence sans formation technologique de qualité, l'Afim et l'IUT Louis Pasteur s'unissent dans cette démarche en vue de créer des dynamiques de projets incubateurs de réussites.


(*) Pôle Maintenance

Il est constitué du département de Génie Industriel et Maintenance, et des licences professionnelles « Contrôle Industriel et Maintenance des Installations », « Techniques Avancées de Maintenance » et «Instrumentation et Maintenance en Imagerie et Techniques Nucléaires pour la Santé».

 


 

Repost 0
Published by Christian HOHMANN - dans Annonces
commenter cet article
11 mars 2013 1 11 /03 /mars /2013 00:00

Un outil simple, trop peu utilisé, trop peu connu ?

 

 

 


Repost 0
Published by Christian HOHMANN - dans Qualité
commenter cet article
9 mars 2013 6 09 /03 /mars /2013 07:29

Le foisonnement d’alertes concernant la nourriture est-il le reflet d’une triste réalité, pire que celle que nous imaginions, ou est-ce un effet de mode (je n’ose écrire d’aubaine) qui focalise les investigations et publications des média sur les incidents et scandales ?

Nous avons eu au menu, successivement :

  • la présentation des mille et une façon d’accommoder la viande de canasson d’import et de la transformer un quasi charolais de compétition,
  • suivi de tartelettes merdiques (désolé, mais ce qualificatif est malheureusement approprié)
  • les haricots à la souris (à moins que ce soit de la souris aux haricots)
  • un assortiment de poissons bien périmés, mais congelés. Combien de fois on ne sait pas.

Gageons que cela ne s’arrêtera pas là, car on le sait bien : plus on contrôle, plus on trouve…



Repost 0
Published by Christian HOHMANN - dans Billet d'humeur
commenter cet article
7 mars 2013 4 07 /03 /mars /2013 19:36

Lasagnes au bœuf chevalin, boulettes de bœuf à la jument, raviolis au poulain, tartelettes contaminées à la matière fécale

On n’en finit pas d’en apprendre sur la nature de nos ingestions, l’inventivité des malhonnêtes qui veulent faire de l’argent au mépris de leurs clients ou de la supposée maitrise des lots, de leur traçabilité et ce genre de choses.

Ce sont d’anciens scandales qui ont poussé l’industrie agroalimentaire à faire des progrès et à se soumettre de gré ou de force à des exigences réglementaires et normatives drastiques ; poulet aux hormones, vache folle, poissons nourris à la farine animale.

Ce sont ces dispositions qui imposent aux vaches de porter des boucles d’oreilles qui ne les font certainement pas rire et qui n’empêchent nullement le miracle de leur transmutation en cheval ni celle des clients humains en pigeons.

Depuis ces récentes révélations (et combien restent à venir ?) on est en droit de se poser la question de ce que l’on mange réellement en consommant des aliments préparés. Une fois que les ingrédients ne sont plus identifiables.

Qu’y a-t-il réellement dans les saucisses ?

Avec quoi est faite la purée en flocons ?

Quelle était l’état de fraicheur des légumes qui finissent en palets ou des fruits de cette compote ?

Soupe de poissons, vraiment ?

Sirop pur fruit, sans rien d’autre ?

Qu’y a-t-il réellement dans les petits pots de bébé ?

« Dis-moi ce que tu manges et je te dirai qui tu es » prétendaient les psychologues.

Désormais les patients ne sont plus certains de ce qu’ils avalent et par conséquent les praticiens de leurs conclusions.


Lire également : "jamais je ne mangerai"


Repost 0
Published by Christian HOHMANN - dans Billet d'humeur
commenter cet article