Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog

Présentation

  • : Christian HOHMANN
  • Christian HOHMANN
  • : Extension interactive de mon site personnel, ce Blog rassemble une sélection d'articles dont des billets d'humeur. Bonne Lecture Christian HOHMANN http://christian.hohmann.free.fr
  • Contact

  • Christian HOHMANN
  • .

Publications

lean_management_small.jpg

livre5S_sml-copie-1.jpg

Recherche

Définition

Qu’est-ce qu’un billet d’humeur ?
 
En journalisme, le billet d’humeur est avant tout le regard très personnel, décalé et critique d'un journaliste sur un fait d'actualité. Il se place résolument du côté du commentaire, y compris dans son aspect le plus subjectif.
 
Le billet d'humeur, c'est aussi l'indignation, le coup de gueule et l’expression de la mauvaise humeur.
Le billet d’humeur, par essence, n'engage que son auteur.

Ecrire un commentaire

Pour écrire un commentaire sur un article, veuillez cliquer le lien qui se situe tout à la fin de l'article.

6 mars 2013 3 06 /03 /mars /2013 10:57

Chères lectrices, chers lecteurs, un nouveau canal d’information est à votre disposition pour suivre mes publications : twitter.

Car ça y est, je gazouille !
Enfin j’essaie.

Le sifflet n’est pas encore très assuré.

L’actualité et mon penchant pour l’humour cynique me poussent d’ailleurs plutôt à croasser qu’à gazouiller.

Pour être informé des nouvelles publications sur le blog, mes sites web ou ma chaine Youtube, vous pouvez me suivre sur l’oiseau bleu :

Carte-twitter

 


Repost 0
Published by Christian HOHMANN - dans Annonces
commenter cet article
5 mars 2013 2 05 /03 /mars /2013 17:52

Vous ne lisez pas les modes d’emploi et vous avez bien raison.

Les consommateurs ont fini par avoir raison.

A force de constater que les utilisateurs ne lisent pas les modes d’emploi, les constructeurs, fabricants ou importateurs se sont calés sur le minimum réglementaire requis.

Cela donne des manuels d’autant plus incompréhensibles que leurs créateurs économisent sur les talents des rédacteurs, les traductions et les relectures.

Du coup, les clients ne lisent pas les modes d’emploi et vous pouvez relire du début.

 



Repost 0
Published by Christian HOHMANN - dans Billet d'humeur
commenter cet article
28 février 2013 4 28 /02 /février /2013 18:55

Il y a peu encore, il était mal vu de décliner un rendez-vous professionnel pour cause de congés. Pour un pro, se déclarer en vacance n’était tout bonnement pas envisageable.

Jamais.

Si ces vacances bien méritées ne pouvaient s’accommoder du rendez-vous imposé, une grippe surprise, un décès subit dans la famille ou un membre fracturé fournissait une excuse plus ou moins crédible pour maintenir le salarié en vacance.

Combien de funérailles de grands-mères réelles ou imaginaires n’ont-elles pas été invoquées de la sorte ? Pauvres mamies enterrées à répétition, elles qui n’aspiraient qu’à rester tranquilles et confortablement installées.

Dans leur fauteuil s’entend, pas dans un cercueil !

Que les grands-parents se rassurent, il n’est désormais plus nécessaire de les faire décéder à répétition puisque le tabou des vacances a sauté.

Je m’étonne du naturel avec lequel des rendez-vous sont dorénavant refusés parce que « cette semaine-là je suis au ski ».

Non seulement il n'est plus interdit de se déclarer en vacance, mais il est de bon ton de préciser comment, voire où on les passe.

Du point de vue humain, je n’ai aucun débat.

L’équilibre entre loisirs et travail, investissement professionnel et vie privée est indispensable à l’épanouissement, au maintien de la motivation et à la pérennité des performances individuelles.

En tant que fournisseur, se voir mettre la pression sur une date impérative, qui Ô hasard précède le départ en congés du client, est moins sympathique. Car ce dernier ne compte certainement pas skier avec votre rapport sous le bras, mais s’assurer qu’il le trouvera sur son bureau au retour de ses congés et donc autant l’exiger avant de s’y rendre. Quitte à ce que vous annuliez vos propres vacances pour le rédiger dans les temps.

Ces procédés égoïstes mis à part, il reste que dans un pays qui se complaint du coût de la vie et des effets de la crise, la proportion des vacanciers skieurs pose question.

Finalement tout ne va pas si mal : les grands-mères voient leur taux de survie nettement augmenter, tout comme les stations de sports d’hiver leur fréquentation.



Repost 0
Published by Christian HOHMANN - dans Billet d'humeur
commenter cet article
24 février 2013 7 24 /02 /février /2013 06:56

Faire du bénéfice (je n'ose écrire profit) en France semble mal vu. Cela tient très probablement aux différents excès tels que la répartition peu équitable entre effort fourni et bénéfices retirés, tarifs prohibitifs, pratiques douteuses, tromperies, etc.

Pourtant, en dehors de ces déviances, le bénéfice reste indispensable aux entreprises pour assurer leur pérennité.

 


Repost 0
Published by Christian HOHMANN - dans Lean
commenter cet article
20 février 2013 3 20 /02 /février /2013 07:56

L'écoute du client fait partie des bonnes pratiques en matière de qualité, de satisfaction client et de développement produits. Faute de l'avoir mise en oeuvre, certains industriels ou prestataires de services se sont mis en difficulté avec des offres décalées, décevantes ou ne rencontrant aucune demande.

Cet article, publié sur le portail "lean en conception" de mon nouveaux site web tempère les injonctions à écouter la voix du client, telles que décrites dans "Ecouter la voix du client" ou "Conception à l'écoute du marché".

 


Vous pouvez réagir via les commentaires sur ce blog.

 


Repost 0
Published by Christian HOHMANN - dans Lean
commenter cet article
15 février 2013 5 15 /02 /février /2013 18:11

Voilà une phrase que vous pouvez bannir de votre vocabulaire, une ferme intention et une formulation que vous pouvez définitivement oublier.

Lectrices attentives d’étiquettes et sélecteurs rigoureux d’aliments, économisez votre temps précieux perdu en vaines précautions, jamais vous ne serez certains de ce que vous mangerez.

A moins d’assister à l’exécution et à la découpe de la bête, sans jamais la perdre des yeux de peur qu’en un habile tour de passe-passe la génisse ne se transforme en jument ou le canard en poulet.

Si ce n’est plus extraordinaire encore…

Tout étant possible, faites-vous peur rétrospectivement : que pensez-vous avoir avalé avec la farce de vos raviolis ? De quoi donc sont faites les saucisses, les merguez ou les chipolatas ? Pourquoi tant d’épices colorées et odorantes sur les préparations pour barbecue ?

Les étiquettes et labels ne formant qu’un rempart de protection très hypothétique, gagez que chaque fois qu’un petit malin trouvera le moyen de se faire de l’argent, il trouvera à nous faire avaler…des couleuvres.

Ou autre chose.

De moins cher.

Pour lui.

Bah ! diront les plus optimistes, des lasagnes au cheval ce n’est pas si grave, ça se mange le cheval. Certes, mais de là à penser que les fournisseurs roumains ( ?) sacrifient du pur-sang racé ou du tendre poulain aux longs cils pour contenter nos palais délicats…

Je parierai plutôt sur du canasson tuberculeux et rhumatisant en fin de parcours, du poulain tricorne à six pattes ramené des forêts luminescentes Tchernobilisées d’Ukraine, dont la ressemblance avec du bœuf est frappante, comme vous savez.

 



Repost 0
Published by Christian HOHMANN - dans Billet d'humeur
commenter cet article
9 février 2013 6 09 /02 /février /2013 18:31

Dans l’article « Eviter la panique en Développement » j’évoque la question de la gestion du portefeuille d’affaires ou de projets. Cette gestion mérite d’être faite à deux niveaux : la gestion économique et la gestion de l’équilibre innovation – maitrise.

Les processus de filtrage et de gestion de portefeuille examinent toute nouvelle opportunité à l’aune d’une batterie de critères tels que :

  • Cohérence avec la stratégie de l’entreprise
  • Faisabilité technique et délais
  • Positionnement concurrentiel
  • Exposition aux risques (à faire et ne pas faire)
  • Volume d’affaire ou chiffre d’affaires potentiel et rentabilité prévisionnelle
  • Etc.

Ces critères sont pondérés et chaque nouvelle opportunité est évaluée selon une matrice, pour arriver à une note finale ou une représentation symbolique de son intérêt, comme par exemple un profil ou un diagramme radar.

(...)

L'intégralité de l'article figure sur mon nouveau portail Lean en Conception et Développement

 



Repost 0
Published by Christian HOHMANN - dans Lean
commenter cet article
2 février 2013 6 02 /02 /février /2013 19:07

Dans l’article « Panique en développement – planifier » je décris l’effet d’emballement que peuvent connaitre les ressources en Conception – Développement.

Ce phénomène n’est pas limité aux organisations peu matures en termes de méthodologies de gestion de projet, quand bien même l’immaturité le favorise.

Dans des entreprises structurées et a priori rodées à gérer plusieurs projets de front, l’effet d’emballement peut se produire, notamment si :

  • L’engagement des projets se fait en l’absence d’une planification prévisionnelle de la charge
  • La planification de la charge se fait à capacité infinie
  • Le service commercial déroge (spontanément ou sur ordre) au processus de présélection des Appels d’Offres et sature les ressources avales avec des projets qui auraient théoriquement dû être rejetés

Questionnés sur les deux premiers points, les responsables répondent le plus souvent que les estimations de charges sont bien trop pessimistes et que le forçage de charge supplémentaire ne pose pas de problèmes insurmontables. D’ailleurs la plupart sinon la totalité des projets finissent dans les délais.

L'intégralité de l'article figure sur mon nouveau portail Lean en Conception et Développement



Repost 0
Published by Christian HOHMANN - dans Lean
commenter cet article
30 janvier 2013 3 30 /01 /janvier /2013 19:25

Le progrès permanent trouve sa place en Conception et Développement comme dans toute autre activité. Dans l’article « panique en Développement – planifier », la planification chaotique requiert avant tout la suppression de la grande variabilité. Cette première étape passée, l’horizon se dégage et l’on peut mieux discerner les paramètres influents, les utiliser pour améliorer le processus.

Lorsque l’amélioration continue arrive au terme de ses possibilités, c’est la rupture ou la percée qu’il faut rechercher, afin que les cycles Maitriser, Améliorer, Percer s’enchainent. Ceux-ci forment les trois visages du Progrès Permanent.

Pour plus de détails, je vous invite à visionner la vidéo ci-dessous.



Le progrès permanent


Repost 0
Published by Christian HOHMANN - dans Lean
commenter cet article
25 janvier 2013 5 25 /01 /janvier /2013 19:07

Tout projet de développement est borné par deux jalons : le démarrage et la date de fin qui se matérialise en général par un résultat tangible ou un livrable particulier, tel que la remise d’un prototype validé par le client, un programme informatique qui répond aux exigences, une cellule de production qui a démontré sa capacité à produire, etc.

La date de fin ou date butoir est le plus souvent figée et non révisable, du fait de tous les évènements ultérieurs qu’elle conditionne ; lancement en vie série, communication marketing, mise sur le marché, livraisons, etc.

La date de démarrage réelle peut être plus floue, car les équipes de développement ont déjà eu vent du projet à venir, ont éventuellement participé à des chiffrages et pré-études, etc. dans bien des cas, la date de démarrage reste communiquée de manière informelle.

En matière de gestion de projet, un phénomène rencontré relativement fréquemment est la confiscation du temps par les étapes amont du processus de développement, dans lesquelles les services avant-projets, bureau d’études et autres « se laissent du temps » et confisquent de ce fait une grande part du temps imparti.

 

A mesure que la date butoir approche, les maillons en aval reçoivent enfin les éléments et s’aperçoivent que ceux-ci ne sont pas complets ou pas totalement conformes. Le temps disponible ayant été largement consommé par les processus amont, un « effet panique » fait exploser les dépenses (commandes en urgences, sous-traitance, heures supplémentaires, dépassement budgétaires, achats…) et demande une intensification des efforts pour livrer à temps.

 

La version complète de l'article est disponible sur mon portail "Lean en conception et développement", vous pouvez cliquer >ce lien pour y accéder<

Repost 0
Published by Christian HOHMANN - dans Lean
commenter cet article