Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog

Présentation

  • : Christian HOHMANN
  • Christian HOHMANN
  • : Extension interactive de mon site personnel, ce Blog rassemble une sélection d'articles dont des billets d'humeur. Bonne Lecture Christian HOHMANN http://christian.hohmann.free.fr
  • Contact

  • Christian HOHMANN
  • .

Publications

lean_management_small.jpg

livre5S_sml-copie-1.jpg

Recherche

Définition

Qu’est-ce qu’un billet d’humeur ?
 
En journalisme, le billet d’humeur est avant tout le regard très personnel, décalé et critique d'un journaliste sur un fait d'actualité. Il se place résolument du côté du commentaire, y compris dans son aspect le plus subjectif.
 
Le billet d'humeur, c'est aussi l'indignation, le coup de gueule et l’expression de la mauvaise humeur.
Le billet d’humeur, par essence, n'engage que son auteur.

Ecrire un commentaire

Pour écrire un commentaire sur un article, veuillez cliquer le lien qui se situe tout à la fin de l'article.

29 juillet 2011 5 29 /07 /juillet /2011 18:37

 

C’est une histoire banale d’un achat de billets de train et d’une location de voiture, réservée sur Internet.CH replay

 

Le site de ce loueur notoirement connu est couplé à celui tout aussi notoirement connu qui permet d’acheter des billets de train. Cette combinaison de services est sensée améliorer le service au client. Dans la pratique et de manière générale, elle tient ses promesses, ce qui n’exclut pas les ratées.

 

Un soir tard parmi les soirs et un peu pressé, j’organise un prochain déplacement en commandant les billets de train par Internet.

 

Une relative longue expérience me fait haïr définitivement les emplacements vis-à-vis à 4, qui amène invariablement des duels de pieds et genoux avec votre partenaire d’infortune.

 

Par maléfique malice, la programmation tend à (me) les proposer d’office. Tout comme ce soir là. Je tente de contourner la logique du programme, change mes paramètres de voyage et retente ma chance. Rien y fait, me résous à accepter la place maudite et les duels à venir, puis confirme mon achat.

J’y adjoints la location de voiture et passe au règlement.

Ce n’est que le processus terminé et quand s’affiche le montant total que celui-ci me parait anormalement élevé.

Vérification des détails : j’ai acheté par « inadvertance » les billets de train deux fois !

Je mets « inadvertance » entre guillemets car si mon attention n’était pas à son plus haut niveau, l’ergonomie du site autorise ce genre de mésaventures. Partageons donc les torts.

Voilà la soirée qui se prolonge à annuler des billets excédentaires, heureusement remboursables.

 

Le jour prévu, la place est bien disponible pour moi et les duels pieds et genoux ont bien eu lieu.


La seconde expérience, qui explique le titre du billet (dont l’original est consultable en cliquant >ici<), est faite d’un achat un tout point similaire, avec location de voiture, pour laquelle je donne comme le site le réclame tous les renseignements nécessaires, y compris le n° du permis de conduire (tiens, la fois dernière on me l’a pas demandé.. !), le n° de carte de paiement, etc.

 

Une confirmation de commande et un récapitulatif quelques secondes arrivent par e-mail après avoir clos le processus de réservation. Deux jours avant le voyage, un nouvel e-mail confirme et récapitule.

 

Un jour avant le voyage, je reçois un appel de l’agence de location qui a besoin de « quelques renseignements » pour préparer mon véhicule.

Qu’aurais-je pu oublier ?

« J’écoute.

- votre heure d’arrivée et votre n° de carte de paiement, s’il vous plait.

- mais, j’ai rempli les formulaires en ligne avec ces éléments !

- et bien il me les faut quand même », insiste l’hôtesse avec politesse.

 

Je redonne donc les renseignements déjà donnés, dont j’ai la trace dans les deux confirmations électroniques.

Ainsi, voulant « bien faire » et si possible « éblouir » le client avec une préparation minutieuse, l’occasion a été manquée de simplement le satisfaire.

 

 


Repost 0
Published by Christian HOHMANN - dans Qualité
commenter cet article
24 juillet 2011 7 24 /07 /juillet /2011 10:30

cet article a été déplacé ici:

http://christian.hohmann.free.fr/index.php/portail-maintenance-productive/les-defis-de-la-maintenance/82-externalisation-de-la-maintenance

Repost 0
Published by Christian HOHMANN - dans Maintenance
commenter cet article
6 juillet 2011 3 06 /07 /juillet /2011 18:27

Cet article a été déplacé ici:

http://christian.hohmann.free.fr/index.php/lean-entreprise/mythes-et-realites/467-simplifiez-vos-problemes-pas-vos-solutions

Repost 0
Published by Christian HOHMANN - dans Qualité
commenter cet article
3 juillet 2011 7 03 /07 /juillet /2011 18:28

 

Après les effets théâtraux de la saga des radars, voici les rebondissements et retournements (salto) dans l'actualité, en attendant la prochaine débauche d’effets spéciaux.

 

Il y a d’abord la menace des concombres ibériques tueurs, qui s’en prennent plus particulièrement aux femmes allemandes, soucieuses de leurs formes persiflent les machos de la même nationalité à l’abri de ce risque grâce à leur diète strictement limitée aux saucisses et de grandes quantités de tisane de houblon.

 

Puis retournement de la crêpe : la suspicion passe aux tomates, sans que les concombres ne retrouvent grâce aux yeux des consommateurs, quand bien même bouillis.

 

Quand les experts désignent enfin les graines germées (nouveau salto), le mal économique est fait. A la vitesse où va l’information, des entreprises sont en faillite avant qu’on ait eu le temps de publier les démentis.

 

Le salto le plus spectaculaire exécuté en cascade par une série impressionnante de parties prenantes est le retournement dans l’affaire DSK.

 

Dans la grande arène médiatique, présumés innocents et victimes virevoltent et changent de place de sorte que l’on peine à s’y retrouver, le procureur déprocure et les journaux accusateurs et scandalisés rhabillent les personnages, permutent tous les rôles et se re-scandalisent.

Pour ces derniers, quelle aubaine ! De l’image faisons fi, les histoires à rebondissement garantissent gros tirages et masses de dollars.

 

Mais le salto des crêpes pourrait bien continuer. J’imagine le vent de panique, comparable à l’annonce de l’Empereur revenant de l’île d’Elbe : Les adversaires politiques qui doivent revoir leurs stratégies en fonction d’un retour en grâce et d’un potentiel retour tout court de l’adversaire que l’on croyait neutralisé, les ministres très polyvalents qui ont changé de ministère, la première directrice générale du FMI, les amis politiques qui avaient repris le flambeau, les militants déçus, les militants ravis, ceux qui ont un torticolis à essayer de suivre les passes et tous ceux auxquels je ne pense même pas.

 

L’incroyable est désormais possible et à grande vitesse, y compris des erreurs monumentales et des conséquences irrattrapables.

 

Concluons par plus de légèreté et rappelons aux juilletistes partis faire les crêpes sur la plage, de se tartiner consciencieusement de crème solaire.

La révélation de l’extrême nocivité de cette dernière ne nous étant pas encore parvenue…

 

 

Repost 0
Published by Christian HOHMANN - dans Billet d'humeur
commenter cet article
26 juin 2011 7 26 /06 /juin /2011 09:08

Cette fois-ci inspecteur, pas question de revenir sur vos pas pour poser la question qui déstabilise le coupable (identifié dès votre arrivée sur la scène de crime). Ce meurtrier là sévit depuis que le monde est monde, il est connu de tous mais il ne sera jamais arrêté.

 

Peter Falk, alias lieutenant Columbo s’est éteint à l’age de 83 ans

 

Ce blog n’avait pas vocation a devenir une rubrique nécrologique, mais après Eli, l’apport de l’inspecteur Columbo à toutes les professions investiguantes, dont la mienne, méritait bien un petit hommage.

 

Ainsi m’arrive-t-il de m'inspirer de votre exemple, de revenir sur mes pas, poser une « ultime » question à mes interlocuteurs qui pensaient être débarrassés de cet inquisiteur.

Il m’est également arrivé d’évoquer mon épouse lors de mes enquêtes, mais avec plus de retenue néanmoins et toujours pour en souligner l’exemplarité (si chérie, repose ce rouleau à pâtisserie).

 

Tout dévoué à élucider les mystères (le fond), vous n’attachiez guère d’importance à la forme. Arriver mal rasé dans les vêtements froissés était plutôt une constante, vos goûts en matière de véhicules, de cigare mâchonné et de race de chien pouvaient surprendre, mais grâce à votre infaillible talent il vous a beaucoup été pardonné.

 

Avant d’aller exaspérer Saint Pierre par vos questions à tiroir, sachez que celui-ci se livre à un trafic de capsules de café qu’il extorque à une pauvre victime terrestre. Il pourrait bien être complice de votre rappel en ces hauts lieux.

Repost 0
Published by Christian HOHMANN - dans Billet d'humeur
commenter cet article
26 juin 2011 7 26 /06 /juin /2011 08:13

 

L’affaire des radars a tout du vaudeville, ce genre théâtral dans lequel les personnages se poursuivent sans jamais se rencontrer, sortent par une porte qui claque violemment pour revenir par une autre s’ouvrant à grand fracas.

Entre les sorties-entrées, un personnage tourné en ridicule se retrouve au milieu de la scène, en caleçon par exemple.

 

Pour celles et ceux qui voudraient consulter le scénario intégral, je recommande la page du >Figaro<


Sinon, voici un résumé très personnel de cette mauvaise pièce.

 


 

Acte I

 

Trop de tués sur les routes, les statistiques de la sécurité routière dérapent et les politiques s’émeuvent (déclarent, déclament, pérorent et gesticulent).

 

Les coupables ainsi que la solution sont tout trouvés : il faut démonter les panneaux annonçant les radars fixes, ainsi les automobilistes seront plus attentifs à leur vitesse (et les recettes liées aux infractions plus conséquentes).

 

Acte II

 

Les citoyens s’indignent, les élus s’inquiètent. Le gouvernement est critiqué de toute part.

En ces temps de révolutions pas toujours pacifiques et d’indignations citoyennes, est-ce le moment de verser l’huile de massage sur le feu ?

Certes non.

(Les ministres concernés se retrouvent avec leur belle idée dans la posture de l’amant ridicule dont le pantalon vient de tomber sur les chevilles, mais peu de spectateurs en rient.)

 

Posons le problème à nos commissions, cabinets et autres ressources en attente d’affectation :

 

 « Étant donné l’annonce catégorique et fortement médiatisée sur l’enlèvement des panneaux d’avertissement sur laquelle on ne saurait revenir, et personne à limoger en lui faisant porter le chapeau, comment démonter les panneaux sans courroucer le peuple ?».

 

Acte III 

 

Analyse du problème et formulation des préconisations :

 

« Démontrons le progrès entre les panneaux avertisseurs et la nouvelle solution qui de plus est pédagogique, entre une politique de terreur envers les automobilistes et la bonté du gouvernement qui souhaite désormais les éduquer. Mettons-y de la high-tech et de la couleur, installons des radars pédagogiques ! »

 

Acte IV

 

« Tout démontage de panneau signalant un radar fixe sera compensé par l’installation d’un radar pédagogique. De plus, les dispositifs avertisseurs (style GPS) ne sont pas (plus) des outils pour voyous potentiels mais des aides à la conduite qui signalent les zones de danger, tous comme les radars fixes qui comme chacun sait sont installés dans des zones particulièrement dangereuses. »

 

 

Acte V

 

Le citoyen moyen, auquel malgré les efforts politico-pédagogiques il reste quelques neurones fonctionnels et trois grammes de sens critique, résume :

 

« Nous avons des frais de démontage de panneaux, relativement neufs pour la plupart mais néanmoins irrécupérables,

Des coûts d’étude et de conseil pour une solution de remplacement

Des coûts d’acquisition de matériels « high-tech »

Des frais d’installation de ces matériels

Des frais d’entretien de ces matériels, que l’on devine infiniment plus élevés que ceux des panneaux qu’ils remplacent

Pour finalement signaler un radar fixe (ce que les panneaux démontés faisaient très bien) et sauver la face d’une partie de notre élite politique qui ne saurait revenir sur sa décision.

- Euh, c’est bien ça, mais avec de la démago pédagogie dedans. C’est bien ça, la pédagogie, non ? »

 

Repost 0
Published by Christian HOHMANN - dans Billet d'humeur
commenter cet article
16 juin 2011 4 16 /06 /juin /2011 20:50

 

Eliyahu Goldratt a révélé au monde la théorie des contraintes, l’a popularisée au travers d’un roman industriel (le premier ?) qui est devenu un best seller et une lecture obligée : « Le but, un processus de progrès permanent ».

 

Les goulots, cœur du problème, sont devenus des « contraintes », vocable plus générique permettant une transposition plus aisée du concept dans tout type d’environnement.

 

La théorie des contraintes vise à identifier les goulots et autres contraintes puis à travailler à la maximisation du "Throughput" (le flux) et à gérer les contraintes après leur optimisation.

 

Eli s’est heurté à l’ultime contrainte le 11 juin 2011 à l’âge de 64 ans.

 

Le moins que je puisse faire pour saluer l’homme et son œuvre est de lui rendre hommage et saluer sa mémoire par ce modeste billet.

 

A ceux qui ne connaissent pas la théorie des contraintes (nombreux en France), je les invite à faire quelques recherches, sans se laisser impressionner par ce terme de « théorie ». Elle reste très accessible pour sa partie gestion de flux et pour son adaptation récente à la gestion de projet.

 

Eli, pour ta contribution et ton œuvre, les postes d’inspection du Paradis puisses-tu franchir de manière fluide. Si par malheur tu es devant les portes de l’Enfer, je te souhaite un d’y trouver un super goulot d’étranglement !

 

Repost 0
Published by Christian HOHMANN - dans Billet d'humeur
commenter cet article
12 juin 2011 7 12 /06 /juin /2011 18:20

Il aura fallu douze ans pour que mon site personnel (http://chohmann.free.fr/) accumule le million de pages vues, si l’on accorde foi au compteur qui tourne depuis le 17 décembre 1998.

 

Un petit calcul rapide, 1.000.000 sur 12 ans cela nous fait un petit 228 pages/jour de moyenne.

A environ 1,5 page vu par visite, en moyenne toujours, cela nous fait potentiellement 600.000 et quelques visites. Combien de visiteurs ? La fourchette est forcément large, le comptage pâtissant de quelques imprécisions inhérentes… 100, 200, 300.000 ou plus encore ?

 

Que ceux parmi eux, qui ont été accueilli par un message mentionnant le 1.000.000è visiteur (avec une certaine constance sur quelques années) et le gain potentiel d’un véhicule de standing, veuillent bien comprendre que c’est là l’insertion de publicités, contrepartie à la gratuité de l’hébergement du site.

 

Les irritantes invasions publicitaires ont d’ailleurs conduit à repositionner le site chez l’hébergeur actuel, dont vous reconnaîtrez sans peine l’identité dans l’extension de l’adresse, plus raisonné dans sa réclame.

 

Lancé initialement « juste pour voir », le site s’est finalement inscrit dans le paysage en se structurant graduellement et en conservant son but : vulgariser les concepts et les meilleures pratiques.

 

Ces dernières années, je rencontrais un nombre croissant de visiteurs qui m’abordaient en me disant « je vous connais », « je vous ais déjà vu » ou « vous avez accompagné mes études ». C’est un plaisir de rencontrer mes lecteurs et un plus grand encore d’entendre que cette initiative a pu être utile.

 

Quel avenir pour le site ?

 

Dans le futur proche, il devrait faire peau neuve en passant sur une technologie plus récente, plus ouverte aux échanges. Il pourra s’interfacer plus harmonieusement avec le blog et proposer des fonctionnalités aujourd’hui clairement manquantes.

 

Je me garderai prudemment d’avancer une date, mon temps disponible étant obstinément inversement proportionnel au stock de tâches que j’aimerai achever…

 

 

Repost 0
Published by Christian HOHMANN - dans News HC online
commenter cet article
29 mai 2011 7 29 /05 /mai /2011 17:42

Ordonner des objets facilite leur comptage :





Repost 0
Published by Christian HOHMANN - dans 5S et Management Visuel
commenter cet article
27 mai 2011 5 27 /05 /mai /2011 20:08


La résilience est la capacité à se remettre rapidement d’une perturbation majeure (récupération après maladie ou traumatisme, par exemple).

 

Les traumatismes qui affectent les économies, les sociétés et les individus ne manquent pas ; séismes, tsunami, catastrophe nucléaire, révolutions moyen-orientales, volcan islandais, tornades américaines ou problèmes du Directeur Général du FMI.

 

Le rythme de succession des grandes et petites catastrophes les rendent quasi constante, d’où probablement le développement d’une certaine relativisation, d’une insensibilité ou d’une résilience face à ces perturbations et traumatismes.

 

Prenons la triple catastrophe Japonaise, quelle incidence a-t-elle sur nous, sur vous au quotidien ? Passé l’effet de saisissement lors de la diffusion des images et nouvelles, un autre évènement a supplanté celui-ci et notre quotidien n’en est guère affecté.

 

Le développement de la résilience est certainement vrai, mais à un niveau macroscopique, comme pourrait l’illustrer l’oscillation temporaire des cours des bourses liée aux évènements japonais. Pour les habitants des zones concernées, ils ne peuvent témoigner du retour vers une normalité, et ils ne le pourront certainement pas avant une (très) longue période.

 

Ainsi, la résilience est vraie pour une partie importante de la population et fausse pour une fraction d’entre elle.

Il semblerait que pour la fraction impactée, le délai de rétablissement s’allonge en permanence.

 

Un conférencier expliquait qu’une crise économique met au chômage des populations d’actifs, dont les résilients retrouvent rapidement un emploi, les moins résilients en retrouveront éventuellement mais avec un délai sans cesse croissant au fil des crises, tandis qu’une dernière fraction est exclue du monde du travail en permanence.

 

La résilience est également un effet de l’intégration des retours d’expérience. Un premier volcan islandais sème le chaos dans les cieux et aéroports européens, mais les effets des crachats du suivant sont mieux intégrés dans les plans alternatifs, les effets sont pratiquement insensibles.

Il n’y a que pour les chutes de neige, qui de manière surprenante se produisent avec une certaine régularité en hiver, que cette loi ne s’applique pas.

 

Publicité gratuite

 

Quelle publicité inattendue, gratuite et mondiale pour ces boites noires du vol AF447, que tout chacun peut voir oranges, qui restituent leurs données au terme d’une immersion océanique profonde de deux ans !

 

Evidemment, s’il s’avère que les sondes Pitot sont en causes, la même intensité et étendue publicitaire ne produira pas les mêmes effets…


Dans le même ordre d’idée, il est bien dommage qu’aucune de nos usines ne puisse profiter de la publicité mondiale faite à la testostérone française.

 

 

Repost 0
Published by Christian HOHMANN - dans Billet d'humeur
commenter cet article